Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

Vilain Canard : une marque de vêtements imaginée à Hossegor

-
Par , France Bleu Gascogne

Vilain Canard, ce sont des t-shirts fabriqués avec du coton bio et avec des matériaux recyclés. Derrière ce nom, le projet de 2 étudiants qui, un soir d’été sur la plage centrale d’Hossegor, font un rêve.

Martin et Elliot, les créateurs de la marque
Martin et Elliot, les créateurs de la marque - Vilain Canard

Ils se connaissent depuis la 6ème : Martin Pujo et Elliot Passetems-Marinoni sont amis depuis le collège. L’idée d’une marque de t-shirt est née sur la plage centrale d’Hossegor, un soir d’été 2016, quand les étudiants toulousains étaient encore lycéens, pendant leurs vacances. Les Landes, Hossegor, Martin et Elliot y sont très attachés : cela fait 20 ans qu’ils y viennent.  Au départ, c’était juste la volonté de volonté de vendre des vêtements à leurs amis, avec un logo qui a un capital sympathie fort.  Le choix du canard, c’est pour le côté rebelle sans le côté méchant explique Martin. « Le vilain, celui qui ne rentre pas dans les cases, et le canard qui représente la tendresse. »

On est avant tout des étudiants qui veulent porter leur projet. 

Leur entreprise se lance grâce au financement participatif. Le projet Vilain Canard a déjà de très bons retours. Il a dépassé très vite les 100% de précommandes. La démarche plait, avec une notion environnemtale : l’utilisation de coton bio - coton qui vient de Grèce - et avec des matières recyclées, précisément des chutes de coton. 

Interview de Martin Pujo dans la Nouvelle Eco, à écouter ici.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un soutien local partout en France 

Martin Pujo et Elliot Passetems-Marinoni, 20 ans tous les deux, sont toulousains. Ils étudient, l’un à Lille, l’autre à Versailles. Les t-shirts seront confectionnés à Capbreton, la partie conditionnement se fera à Mt de M, le tricotage dans la Somme, l’étiquetage en Ile de France…Pour arriver à tout gérer au mieux, ils se sont entourés d’entreprises expérimentées, comme Adishatz à Capbreton. « Ces gens-là nous accompagnent sur toute la partie logistique et confection : on peut leur faire confiance ». L’ancrage local c’est aussi une démarche pour la nature. Pour chaque t-shirt vendu, Vilain Canard reverse 1€ à Surf Rider Foudation. Une initiative parce que les 2 jeunes entrepreneurs sont très attachés aux Landes et à la région. Ils voulaient prendre un engagement concret avec une association liée à l’environnement. 

La Chronique Eco sur France Bleu Gascogne, c’est du lundi au vendredi à 7h15.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess