Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Village des Marques de Sorigny : c'est non !

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu Poitou

C'est finalement non pour le Village des Marques de Sorigny. La Commission Nationale d'Aménagement Commercial a longuement délibéré jeudi 22 novembre après avoir entendu les promoteurs du projet et les opposants.

Associations de consommateurs et commerçants ensemble contre le projet de village des marques de Sorigny
Associations de consommateurs et commerçants ensemble contre le projet de village des marques de Sorigny © Radio France - François Desplans

La Commission Nationale d'Aménagmement Commercial à Paris a donc dit non au projet de village des marques à Sorigny. Elle a retenu l'argumentaire développé dès le début de ce dossier par Europe Ecologie Les Verts qui affirmait que son implantation était contraire au schéma de cohérence territoriale (Scot) de l’agglomération tourangelle. L'activité commerciale du village des marques serait donc incompatible avec l'activité actuelle d'Isoparc.

Le Scot est un ensemble de documents qui définit les stratégies en matière d'urbanisme de la Métropole et de ses 22 communes. 

La Direction Départementale du Territoire avait rendu public en juillet dernier un avis très défavorable avec elle aussi pour principal argument que "_cette implantation semble incompatible avec le SCOT, qu'_elle ne correspond pas à une zone commerciale à développer, qu'il n'y a pas de transport public suffisant et qu'il contredit la politique étatique de développement des cœurs de ville"

La Commission Départementale d'Aménagement Commercial d'Indre-et-Loire avait aussi voté contre, tout comme la Métropole de Tours,  le Syndicat Mixte de l'Agglomération Tourangelle et la Région Centre Val-de-Loire.

Un projet qui aurait permis la création de 500 emplois, soit 1,3 millions de clients par an

Le groupe américain TORG (The Outlet Resource Group) a présenté un projet de nouveau "village des marques" de 150 à 200  boutiques à Sorigny, comme il en existe déjà 24 en France et 6 autres actuellement en projet. 

Selon l'étude publiée en octobre par la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Indre et Loire, le "Village des Marques" aurait permis la création de 500 emplois grâce au"tourisme commercial" de 1,3 millions de clients par an. Le chiffre d'affaire estimé dans cette étude est de 76 millions d'euros par an. 

Les principales réactions 

Des arguments qui n'avaient pas convaincu les opposants au projet qui retenaient eux la disparition de commerce de proximité et donc de plus d'une centaine d'emplois. Sans oublier, le contre-argument écologique, de l'impact environnemental et social négatif et le fait que de telles surfaces commerciales poussent à la sur-consommation.

Les écologistes d'Europe-Ecologie-Les-Verts à la mairie de Tours et à la métropole qui se réjouissent d'ailleurs de cette décision d'abandonner le projet. "_C’est une victoire importante qui marque, on l’espère, l’arrêt de la multiplication de ces mega centres commerciaux en France, une victoire aussi pour l’avenir du commerce dans les centres villes mais aussi pour ceux qui restent dans les centres village_s", estime le groupe dans un communiqué.  Son de cloche similaire pour le maire de Tours, Christophe Bouchet. "Faire un village des marques à 17 km du centre-ville de Tours, dans un champs de patates, était une hérésie politique. "

Une grande victoire - Sylvain Debeure, président départemental de la fédération des unions commerciales en Indre-et-Loire

Sylvain Debeure se dit particulièrement satisfait :"c'est une victoire pour les commerçants tourangeaux et pourtant le camp du oui avait envoyé la grosse artillerie, avec beaucoup d'élus, notamment un député". 

Le député LREM Philippe Chalumeau présent à Paris lors des débats à la CNAC  regrette "qu'au moment où sur notre territoire ferment Sandvik et Tupperware, un projet à hauteur de 80 millions d'euros d'investissements et porteur de 600 emplois ne puisse pas voir le jour !"

Faire un village des marques, à 17 km de Tours dans un champ de patates, c'est une hérésie - Le maire de Tours Christophe Bouchet

Le maire de Tours de son côté, opposé depuis le début à ce projet, est satisfait de la décision de la CNAC. Ce projet, une hérésie selon lui, aurait détruit des emplois dans les commerces de Tours. Il faut regarder la création d'emplois nette et pas la création d'emplois brute. Personne n'est capable de l'analyser. C'est une question de bon sens. Europe Ecologie Les verts se félicite aussi de cette décision.Pour Christophe Dupin porte parole EELV Touraine, cet avis signe la fin de ce projet dans notre région (c’est du moins ce qu’avait annoncé son promoteur) et découragera forcément l’implantation d’un village des marques dans une région limitrophe. C’est une victoire importante qui marque, on l’espère, l’arrêt de la multiplication de ces mega centres commerciaux en France, une victoire aussi pour l’avenir du commerce dans les centres villes mais aussi pour ceux qui restent dans les centres villages.

Si au final le Village des Marques ne se fait pas à Sorigny, mais à 150 kilomètres, la Touraine en perdra les avantages et les retombées économiques, mais l’impact sur les commerces de centre-ville demeurera - Jean-Gérard Paumier, Président du Conseil Départemental

Jean-Gérard Paumier, le président du Conseil Départemental, collectivité qui s'était prononcée pour le projet, estime pour sa part que par rapport aux conséquences négatives redoutées sur les commerces de centre-ville, et notamment de Tours, des améliorations du projet semblaient possibles pour les limiter et les investisseurs avaient indiqué qu’ils étaient ouverts à une concertation avec les fédérations de commerçants. Si au final le Village des Marques ne se fait pas à Sorigny, mais à 150 kilomètres, la Touraine en perdra les avantages et les retombées économiques, mais l’impact sur les commerces de centre-ville demeurera.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess