Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Village des marques : le ras-le-bol du maire de Sorigny face aux nombreuses critiques des élus d'Indre-et-Loire

mercredi 24 octobre 2018 à 8:25 Par Boris Compain, France Bleu Touraine

Alain Esnault n'a pas apprécié la prise de position des élus de la Métropole de Tours qui ont voté contre le projet de village des marques de Sorigny, le 22 octobre. Invité de France Bleu Touraine, ce mercredi, il s'inquiète des conséquences que pourraient avoir "ces ondes négatives".

Illustration : un village des marques près de Toulouse
Illustration : un village des marques près de Toulouse © Maxppp - PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI

Indre-et-Loire, France

C'est le dossier qui passionne et divise les élus, en ce moment, en Indre-et-Loire. Le projet de village de marques à Sorigny, au sud de Tours. La commission nationale d'équipement commercial doit rendre sa décision dans le courant du mois de novembre à propos de la construction de cet énorme ensemble de 150 à 200 magasins. En attendant, les élus locaux se prononcent à tour de rôle, et on entend surtout les opposants, ce qui commence fortement à agacer le maire de Sorigny et président de la communauté de communes, Alain Esnault, qui porte ce projet. Invité de France Bleu Touraine mercredi 24 octobre à 7H48, il a tenu à mettre les choses au point après le vote d'une majorité de conseillers de la métropole de Tours contre ce projet, lundi 22 octobre.

"J'aimerais qu'enfin on arrête de ne voir que le négatif et que ceux qui sont pour ce village des marques se manifestent. 70% de la population est pour". Alain Esnault

Deux poids, deux mesures?

Il défend bec et ongle le projet depuis les premières heures, et aujourd'hui, Alain Esnault critique ouvertement les élus qui se prononcent, "sans même avoir ouvert le dossier du projet". Il vise pèle-mêle Christophe Bouchet le maire de Tours, les écologistes, la député de la troisième circonscription Sophie Auconie. Quand j'entend Sophie Auconie dire que autour de Miramas, le village des marques a entraîné des fermetures de commerces, c'est faux. Le maire de Tours me demande si il y aura des hôtels au village des marques. Non il n'y aura pas d'hôtels, mais je ne peux empêcher la construction d'hôtels à coté. Il faut juste rappeler que le village fermera à 19h, dont ces personnes vont revenir sur Tours. 

Il ne mâche pas ses mots contre ces élus qui s'inquiètent de l'impact environnemental du projet, mais qu'on n'a pas entendu lors de la construction de la Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux et l'élargissement de l'A10. Alain Esnault dénonce aussi le silence autour de l'agrandissement prochain de la Petite Madeleine à Chambray-lès-Tours qui fera à terme 40.000 m², alors que son projet de village de Marques fera deux fois moins. Personne n'a protesté lors de la CDAC du 12 octobre qui a accordé une extension de 6.000 m2 de la petite Madeleine.

Alain Esnault espère que ces "ondes négatives" n'influenceront pas la décision de la commission nationale d'équipement commercial

Alain Esnault se dit plus combatif que jamais, mais en est-il de même pour le porteur du projet : le groupe Frey? Pas sûr. "Il est déçu" concède Alain Esnault qui aimerait que ceux qui sont pour le projet se fassent entendre aujourd'hui.