Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange
Dossier : La réforme des retraites

Vin chaud, lampions et flambeaux pour une manifestation nocturne à Poitiers contre la réforme des retraites

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

"Un vin chaud intersyndical", c'était le mot d'ordre de la mobilisation ce jeudi 2 janvier à Poitiers. Cheminots, enseignants et agents de la santé ont défilé de nuit, lampions à la main, pour réclamer le retrait de la réforme des retraites.

Retraite aux flambeaux et marche avec lampions dans les rues de Poitiers contre la réforme des retraites.
Retraite aux flambeaux et marche avec lampions dans les rues de Poitiers contre la réforme des retraites. © Radio France - Jules Brelaz

La manifestation nocturne contre la réforme des retraites a réuni ce jeudi 2 janvier dans la soirée à Poitiers près d'un millier de personnes, selon l'intersyndicale, 600 selon les forces de l'ordre. Éclairé par des lampions, le cortège s'est rassemblé place Alphonse Lepetit, devant le Palais des ducs d'Aquitaine, avant de défiler dans les rues du centre-ville, jusqu'à la place d'Armes. 

"On voit que l'on est déterminés car pour un 2 janvier, nous sommes assez nombreux", remarque Catherine Giraud, la secrétaire départementale de la CGT dans la Vienne. 

"Pendant les vacances et après un réveillon, c'est pas toujours facile de remobiliser les gens, donc je suis agréablement surpris du monde qu'il y a"

L'intersyndicale souhaitait démontrer qu'il n'y a pas de trêve dans la mobilisation. "Le mouvement ne s'est pas essoufflé, ça présage de bonnes suites", assure Loïc, un travailleur dans le médico-social. 

Les opposants à la réforme des retraités réunis pour une "photo de famille" sur les marches du Palais des ducs d'Aquitaine.
Les opposants à la réforme des retraités réunis pour une "photo de famille" sur les marches du Palais des ducs d'Aquitaine. - Pascal Chailloux

Du vin chaud pour alimenter la cagnotte de solidarité des grévistes

"L'idée c'est de rentrer des sous pour la caisse de grève", explique Stéphane un éducateur. "Flambeau à la main, prêt à mettre le feu, on appelle ça, une retraite aux flambeaux, et on sera encore plus nombreux à la rentrée", promet Gérard, infirmier au centre hospitalier Laborit. 

Une vingtaine de gilets jaunes de Châtellerault avaient fait le déplacement. "Nous avons écouté les vœux de notre cher président, il a dit qu'il maintenait le cap et bien nous, avec l'aide des cheminots, nous allons maintenir le rail de la révolte, pour une fois qu'on est tous d'accord", affirme Cécilia, qui ne porte pas le chasuble fluo sur le dos pour ne pas être "stigmatisée".

"Un système par points, on a vu que dans tous les pays qui l'ont mis en place, ça ne fonctionne pas, ça creuse les inégalités"

Parmi les manifestants, Jean-Jacques, un retraité de l'Education nationale, qui se déplace à l'aide d'une canne. "J'ai des difficultés à me mouvoir mais j'ai une tête qui fonctionne bien, si je pouvais marcher mieux, je serai de toutes les manifs contre cette réforme des retraites qui est une loi inique et hypocrite."

"Lorsque monsieur Delevoye (Ancien haut-ommissaire à la réforme des retraites, Ndrl) était venu à Poitiers, nous l'avions interpellé sur la garantie de la valeur du point, il nous avait dit, on garantit le point par la loi et je lui avais rappelé que lorsqu'ils ont supprimé les cotisations sociales, ils n'ont pas compensé auprès de la Sécurité sociale contrairement à ce que prévoit la loi. Alors s'attendre à ce que ce gouvernement respecte la loi, c'est très difficile, c'est un enfumage total, il faut absolument obtenir le retrait de ce projet de loi."

Plus important gestionnaire d'actifs dans le monde (7000 milliards de dollars), BlackRock défend ardemment le système des retraites par capitalisation. Son dirigeant français vient d'être décoré de la Légion d'Honneur.
Plus important gestionnaire d'actifs dans le monde (7000 milliards de dollars), BlackRock défend ardemment le système des retraites par capitalisation. Son dirigeant français vient d'être décoré de la Légion d'Honneur. © Radio France - Jules Brelaz

Après cette retraite aux flambeaux, l'intersyndicale a déjà prévu de nouvelles actions à Poitiers : distribution de tracts lundi sur les ronds-points et manifestation interprofessionnelle jeudi 9 janvier

Choix de la station

À venir dansDanssecondess