Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violents affrontements dans le Finistère contre l'écotaxe

-
Par , France Bleu Breizh Izel

De vraies scènes de guérilla samedi en Bretagne lors d'une nouvelle manifestation contre l'écotaxe, sur la route entre Brest et Quimper. Un millier de personnes, agriculteurs, ou salariés de Gad, ont affronté les forces de l'ordre pour essayer d'accéder au denier portique écotaxe qui reste encore debout. Un manifestant a eu la main arrachée par une grenade lacrymogène, un autre a été blessé au cou

Scène de guérilla contre l'écotaxe
Scène de guérilla contre l'écotaxe © Maxppp

Un manifestant a eu la main arrachée dans des heurts avec les forces de l'ordre samedi lors d'une nouvelle manifestation dans le Finistère contre l'écotaxe poids lourds qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2014.Le dernier des trois portiques écotaxe du Finistère encore en état de fonctionner a été la cible samedi d'une manifestation à l'appel du "collectif pour l'emploi en Bretagne", qui a réuni plus d'un millier de personnes dont des salariés d'entreprises en difficulté comme Gad SAS, ou encore des agriculteurs.

De violents affrontements à Pont de Buis. Reportage Fiona Moghaddam

Les manifestants sont arrivés en force samedi en fin de matinée avec 250 camions, des tracteurs et des remorques pleines de pneus, de choux-fleurs, d'oeufs et de bottes de paille devant le portique de Pont-de-Buis, sur la RN 165 coupée à la circulation depuis le matin, et où les attendaient environ 150 gendarmes mobiles.Une compagnie de CRS, soit plus d'une centaine de policiers, est arrivée en renfort sur le site à 18h30.Les manifestants, dont certains encagoulés, ont lancé l'assaut peu après 14h00, jetant des pneus en feu et d'autres projectiles, provoquant une réplique de lacrymogènes.

 

Une main arrachée

Des scènes de guérilla ont alors commencé sur les collines qui entourent le portique et lors de ces échauffourées un homme a eu la main arrachée et a été évacué par hélicoptère. Selon des témoins, il avait tenté de prendre à la main une grenade lacrymogène envoyée par les forces de l'ordre pour disperser les manifestants.Selon le préfet du Finistère Jean-Luc Videlaine, outre le blessé grave, il y a eu un autre manifestant blessé plus légèrement au cou par un tir de flashball qui est sorti de l'hôpital en fin de journée, ainsi que six gendarmes mobiles blessés par des projectiles.Les derniers manifestatns ont levé le camp peu avant minuit.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess