Économie – Social

Vivendi vend SFR à Numericable

Par Germain Arrigoni, France Bleu samedi 5 avril 2014 à 15:55

SFR-Numericable, propriété du magnat des télécoms et médias français  Patrick Drahi
SFR-Numericable, propriété du magnat des télécoms et médias français Patrick Drahi © Maxppp

Le Conseil de surveillance de Vivendi a choisi samedi "à l'unanimité" de retenir l'offre de Numericable et sa maison-mère Altice vendre l'opérateur mobile SFR. Cette opération devrait représenter une valeur totale supérieure à 17 milliards d'euros.

C'est donc Numericable. Videndi a tranché en faveur de la filiale d'Altice pour lui céder son réseau de téléphonie mobile SFR. Le groupe de médias était entré en négociations exclusives avec Numericable mais ne s'était pas prononcé à l'expiration du délai, vendredi, et avait reçu une ultime offre de Bouygues, qui voit donc son initiative échouer."Au terme de débats approfondis, le Conseil de surveillance a décidé, à l'unanimité, de retenir l'offre d'Altice/Numericable qui correspond au projet  industriel le plus porteur de croissance, le plus créateur de valeur pour les clients, les salariés et les actionnaires, et répondant le mieux aux objectifs de Vivendi" , a annoncé le groupe dans un communiqué.

Vivendi précise avoir "choisi de recevoir 13,5 milliards d'euros à la réalisation de l'opération ainsi qu'un complément éventuel de prix de 750 millions d'euros puis de pouvoir céder ultérieurement sa participation de 20%". "L'ensemble devrait représenter une valeur totale supérieure à 17 milliards d'euros" . Le groupe ajoute qu'il rendra compte des conditions dans lesquelles l'opération a été conduite à l'Assemblée générale prévue le 24 juin.

A lire aussi > ce qui va changer pour vous avec le rachat de SFR

Numericable, n°2 du réseau

Après cette entente entre Vivendi et Altice, Numericable, devient n°2 du réseau telecom français. Le nouvel entrant sur le marché de la téléphonie est également le plus avantageux du point de vue de la concurrence. La société spécialisée dans la fibre et la télévision payante devrait se diversifier dans le mobile et l'internet fixe, une source d'investissements donc.

Montebourg préférait Bouygues

Seul bémol : la déception d'Arnaud Montebourg qui dénonçait ces derniers temps la situation fiscale d'Atlice, son siège social au Luxembourg et son patron suisse. Cette vente de SFR pour Altice va à l'encontre des demandes insistantes du ministre du Redressement productif qui préférait Bouygues. L'opérateur avait pourtant joué gros, s'affirmant prêt à céder son réseau mobile à Free afin de ne pas se retrouver en situation de monopole sur le marché de la téléphonie.

sfr vivendi - Aucun(e)
sfr vivendi

Partager sur :