Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Vivre au SMIC : Valérie n'est pas allée au cinéma depuis 10 ans

dimanche 3 février 2019 à 17:00 Par Solène de Larquier, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Peut-on vivre décemment en étant au SMIC ? C'est l'une des questions au cœur du Grand débat national initié par le gouvernement. Augmenter le salaire minimum fait d'ailleurs partie des principales revendications des "gilets jaunes". Une Strasbourgeoise a accepté de nous décrire son quotidien.

Le pouvoir d'achat est au coeur des revendications des gilets jaunes. Image d'illustration.
Le pouvoir d'achat est au coeur des revendications des gilets jaunes. Image d'illustration. © Maxppp - Patrick Lefevre

Strasbourg, France

Dans le chariot de Valérie*, des produits de base essentiellement qu'elle achète dans un supermarché de hard-discount. "Pour la viande, je préfère en acheter moins, une fois par semaine, mais de bonne qualité" explique la Strasbourgeoise de 56 ans. Cette courtière gagne aux alentours du SMIC et se serre la ceinture : "ça devient compliqué, tout augmente... Surtout seule, on doit quand même assurer le loyer, on ne peut le partager avec quelqu'un d'autre."

"Il y a des restrictions à faire, je m'y suis habituée" explique la courtière en détaillant : "Je privilégie tout ce qui est fait maison, le marché, aller directement se fournir auprès des agriculteurs. Je n'achète quasiment pas de plats préparés, les économies sont là !" Mais ces économies ne touchent pas seulement l'alimentation : "J'ai un peu mis les sorties de côté, le cinéma... la dernière fois que je suis allée, c'était il y a 10 ans." Les congés aussi sont sacrifiés : "_Mes vacances les plus récentes remontent à 2016_, je suis partie à Montpellier car le vol était rapide et pas cher, sur Groupon." Elle ajoute d'ailleurs : "Heureusement qu'il y a des astuces comme ça sur internet pour se permettre des choses, moi c'est comme ça que je me débrouille." Internet, le téléphone... autant de dépenses fixes incompressibles aux yeux de la cinquantenaire : "Aujourd'hui pour trouver du travail, tout passe par internet, même Pôle emploi, on ne peut plus faire sans" estime-t-elle. Une hausse du SMIC ? Valérie y est bien entendu favorable.

"En être là aujourd'hui, c'est déjà une victoire"

Cela fait 15 ans que Valérie vit au SMIC. "Tout ça c'est... les aléas de la vie. _Avant j'avais une maison, j'étais mariée_, je pouvais aider mes deux enfants et puis la maladie est arrivée, le divorce, on a dû vendre la maison." Une errance médicale a suivi avant que ne lui soit diagnostiqué la maladie de Lyme. Depuis, la Strasbourgeoise a pu reprendre le travail 25 heures par semaine et gagne aux alentours du SMIC. Ses enfants eux sont maintenant adultes et indépendants. Son salaire ne lui permet pas de mettre de côté pour faire face à de nouveaux aléas, sans parler des frais de santé. "Mais pour moi, travailler et en être là aujourd'hui c'est déjà une victoire.

*ndlr : le second prénom de la quinquagénaire, utilisé à sa demande pour ce témoignage.