Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

VOTRE AVIS - Alstom : L'État doit il sauver nos usines ?

mardi 4 octobre 2016 à 14:58 Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne

Le gouvernement a présenté ce mardi un plan pour sauver l'usine Alstom de Belfort. L'État et la SNCF vont investir trente millions d'euros sur deux ans dans l'achat de TGV, de trains intercités et de locomotives. Mais selon vous, est-ce vraiment à l'État de jouer les pompiers ?

manifestation des salariés d'Alsthom à Belfort
manifestation des salariés d'Alsthom à Belfort © Maxppp -

Dijon, France

Le gouvernement vole au secours d'Alstom à Belfort. Ce sera notamment par le biais de nouvelles commandes de 15 TGV et d'une trentaine de trains intercités. La SNCF va pour sa part investir dans une vingtaine de locomotives diesel pour le remorquage de trains en panne. La note s'élèvera à trente millions d'euros sur deux ans pour l'Etat et la compagnie ferroviaire.

Donnant donnant ?

En contrepartie, Alstom s'engage à investir quarante millions d'euros en trois étapes d'ici à 2020. Trente seront consacrés au développement et la production d'un nouveau modèle de locomotive de manoeuvre hybride ou diesel. Ce à quoi Alstom va ajouter 5 millions d'euros d'ici à 2019 pour moderniser les ateliers de maintenance ferroviaire du site de Belfort. Le groupe annonce vouloir y doubler les effectifs pour les porter, à terme, à 150 salariés.

Enfin, Alstom investira 5 millions d'euros supplémentaires d'ici à 2020 pour diversifier la production sur le site franc comtois et l'orienter vers d'autres types de trains, mais aussi de véhicules routiers, notamment le bus électrique.

  • Pensez vous que c'est le rôle de l'État de sauver nos usines ?
  • Laissez nous vos commentaires sur Facebook ou Twitter et appelez nous au 03.80.42.15.15 pour intervenir en direct à partir de 8h15 ce mardi matin.