Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

"Vous appelez ça des annonces ?" : à Brive, le discours d'Emmanuel Macron ne convainc pas les gilets jaunes

mardi 27 novembre 2018 à 15:31 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Nous avons suivi avec les gilets jaunes du rond-point de Cana, à Brive, le discours très attendu d'Emmanuel Macron ce mardi. Ce qui a été dit ne convainc pas les gilets jaunes... qui n'en attendaient pas grand chose.

Au rond-point de Cana, à Brive, quelques gilets jaunes ont suivi le discours d'Emmanuel Macron à la radio
Au rond-point de Cana, à Brive, quelques gilets jaunes ont suivi le discours d'Emmanuel Macron à la radio © Radio France - Nicolas Blanzat

Brive-la-Gaillarde, France

"Il essaye de noyer le poisson, et puis c'est tout". A Brive, Frédéric et les gilets jaunes mobilisés au rond-point de Cana depuis le début du mouvement ne goûtent pas vraiment le discours  prononcé ce mardi par Emmanuel Macron. Nous l'avons suivi avec eux avant de connaître leur ressenti.

"Il n'y a pas de trucs concrets"

"Moi, je dis que c'est prendre les gens pour des cons" reprend ce chef d'entreprise dans le bâtiment, qui pose des demi-journées par ci par là pour participer au mouvement. "Vous appelez ça des annonces, vous ? Il n'y a pas de trucs concrets." Quid de la concertation de trois mois dans les territoires ? "_C'est maintenant qu'on veut le changement, ce n'est pas dans trois mois_. Trois mois, pour quoi faire ? Calmer tout le monde et nous pondre de nouvelles taxes ?"

"Se battre tant qu'il n'aura pas lâché"

Jean-Luc n'a pas bougé l'oreille du smartphone sur lequel les gilets jaunes ont suivi le discours du président de la République à la radio. "Il a beaucoup parlé pour ne rien dire" lance ce retraité pas convaincu par le retour annoncé d'une taxe flottante sur les carburants, évaluée tous les trimestres. "J'ai travaillé pendant quarante-deux ans comme maçon pour avoir à peine 1.200€ de retraite par mois. Et j'ai un loyer de 500€. Quand j'ai tout payé, il n'y a plus rien au bout". Alors qu'une tronçonneuse démarre pour couper des palettes et poursuivre la construction d'abris où les gilets jaunes passent jours et nuit, il repart mettre la main à la patte. "Il faut se battre tant qu'il n'aura pas lâché".

Les gilets jaunes poursuivent la construction d'abris où ils passent jours et nuits au rond-point de Cana à Brive - Radio France
Les gilets jaunes poursuivent la construction d'abris où ils passent jours et nuits au rond-point de Cana à Brive © Radio France - Nicolas Blanzat