Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Économie – Social

Whirlpool Amiens : l'inspection du travail refuse le licenciement de 23 salariés protégés

mercredi 29 août 2018 à 8:54 Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Picardie et France Bleu

L'inspection du travail refuse que des salariés de Whirlpool soient licenciés. Elle considère que le motif économique pour fermer et délocaliser l'usine de sèche-linge en Pologne n'est pas établi, et a donc refusé le licenciement de 23 salariés protégés.

L'usine Whirlpool d'Amiens
L'usine Whirlpool d'Amiens © Radio France - France Bleu Picardie

Amiens, France

Nouvel épisode dans le dossier de l'usine Whirlpool d'Amiens, fermée le 31 mai dernier : l'inspection du travail considère que le motif économique pour délocaliser l'usine de sèche-linge en Pologne n'est pas établi. Elle a donc refusé le licenciement de 23 salariés protégés, syndicalistes. Au total, 25 salariés devraient être concernés.

"Whirlpool Amiens était rentable"

Ils ont reçu un courrier au début du mois d'août, leur expliquant que la délocalisation de l'usine d'Amiens dans un pays à bas coût n'est pas réalisé dans le but de sauvegarder la compétitivité du groupe. Maintenant c'est au ministère du travail de trancher. "On a toujours clamé haut et fort comme quoi Whirlpool faisait plutôt du bénéfice sur la misère des autres en voulant délocaliser, et que ce n'était pas nécessaire de délocaliser Amiens puisqu'ils gagnaient encore énormément d'argent en France", déclare un représentant syndical CGT. 

"Il y a juste qu'ils voulaient en gagner encore plus. L'inspection du Travail a fait son travail en vérifiant tous les chiffres, et s'est rendue compte que Whirlpool Amiens était rentable. Ça montre bien que les multinationales se moquent complètement des ouvriers qu'ils ont à leur charge. Ça me satisfait en me disant que voilà, aujourd'hui on ne peut pas faire n'importe quoi, n'importe comment en France", explique-t-il.

En espérant qu'Emmanuel Macron, comme c'est sa ville, et que sur le parking il avait dit 'J'aurai l’œil sur votre dossier, ne vous inquiétez pas', que réellement, il mette son œil dedans et puis, qu'il dise 'Whirlpool vous vous êtes planté, il est hors de question que vous plantiez les gens comme ça.' — Représentant syndical CGT

"Ça montre que les voyous, ça n'est pas nous, c'est bien Whirlpool"

Pour le délégué CFDT Patrice Sinoquet, rien de surprenant dans cette décision. Il fait partie de la liste des 23 salariés : "On a toujours dit qu'on était loin d'un licenciement économique. Cette décision ne changera pas grand chose. Le déménagement a eu lieu, les machines ont quitté Amiens pour la Pologne. Je ne pense pas que ça puisse changer quelque chose au niveau du groupe, par contre, je suis quand même heureux que la Direccte ait pris cette décision. Ça montre qu'en fin de compte, les voyous, ça n'est pas nous, c'est bien Whirlpool."

L'entreprise a deux mois pour faire appel de cette décision.