Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Whirlpool : la grève terminée à l'usine d'Amiens après un accord trouvé avec la direction

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Picardie, France Bleu
Amiens, France

Les salariés de l'usine Whirlpool ont trouvé un accord de fin de conflit avec la direction ce vendredi soir à Amiens. La grève est terminée. Les salariés ont obtenu des indemnités de licenciement supérieures à ce que la direction leur avait proposé au départ.

La fermeture de l'usine de fabrication de sèche-linge est annoncée pour juin 2018.
La fermeture de l'usine de fabrication de sèche-linge est annoncée pour juin 2018. © Radio France - Rosalie Lafarge

Les salariés en grève de Whirlpool ont trouvé, ce vendredi, soir un accord de fin de conflit à Amiens. La grève est terminée après la signature d'un accord entre la direction et l'intersyndicale. L'accord a été trouvé "grâce à la médiation des services de l'Etat", annonce le préfet de la Somme dans un tweet.

Des indemnités de licenciement supérieures à celles proposées au départ

L'intersyndicale était à la direction du travail à Amiens depuis le milieu de l'après-midi pour relire cet accord sur leur plan de sauvegarde de l'emploi. Les syndicats ne donnent pas le montant des indemnités supra-légales qui sont accordées aux salariés, mais précisent qu'elles sont supérieures à celles proposées précédemment par la direction, à savoir 20.000 euros plus 1.000 euros par année d'ancienneté, selon nos informations.

On ne peut pas être satisfait de perdre notre boulot, même si on a mieux que ce qui s'est fait dans la région" - Frédéric Chantrelle, CFDT

"On a mieux que ce qui s'est fait dans la région, c'est même très bien comparé à ce qui s'est déjà fait, mais je ne serai jamais satisfait de perdre mon travail et celui de mes collègues" regrette Frédéric Chantrelle, de la CFDT de l'usine. Il a eu l'impression, raconte-t-il, de "signer l'arrêt de mes collègues, celui de l'usine d'Amiens, et l'ouverture de celle de Pologne".

Un accord signé la mort dans l'âme

_"On a signé notre arrêt de mort"_a déclaré Patrice Sinoquet, de la CFDT de l'usine Whirlpool à France Bleu Picardie. "Simplement, poursuit-il, on n'a pas le choix, la loi fait qu'il faut négocier, négocier, mais sans avoir forcément le choix au bout d'un moment, on ne va pas dire qu'on est bien, puisque à partir du moment où on perd son travail on n'est pas bien, mais on a fait au mieux".

On a signé notre arrêt de mort" - Patrice Sinoquet, CFDT

La contrepartie de cette signature, c'est la levée du mouvement de grève qui aura duré douze jours. La reprise du travail à l'usine est prévue mardi. "Cela va faire drôle, expliquent les syndicalistes, il va falloir mettre en place quelque chose pour remotiver le personnel pendant un an, c'est une autre guerre qui va commencer, le compte à rebours est lancé".

L'usine doit fermer ses portes en 2018

L'usine de sèche-linge d'Amiens doit fermer ses portes en juin 2018. 286 salariés y travaillent. La production est délocalisée en Pologne. Parallèlement, les recherches pour un repreneur du site sont toujours en cours. Le conflit qui dure depuis plusieurs semaines s'est invité dans la campagne présidentielle quand Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont retrouvés sur place le même jour.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu