Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des réfugiés afghans et soudanais terminent leur formation professionnelle au Pont-de-Claix

vendredi 20 juillet 2018 à 16:12 Par Gérard Fourgeaud, France Bleu Isère

Ces jeunes de 24 à 28 ans ont fui les dictatures islamiques ou les zones de guerres civiles. Entre deux et six ans, après leur départ, ils ont réussi un concours ouvrant sur une formation professionnelle en alternance dans les supermarchés Casino et Carrefour de l'agglomération de Grenoble.

les réfugiés afghans, soudanais
les réfugiés afghans, soudanais © Radio France - Gérard Fourgeaud

Dans le cadre du projet national "Hope" , comme "espoir", visant à former un millier de réfugiés dans une trentaine de centre AFPA en France, ils ont été affecté au centre du Pont-de-Claix. Ce programme est financé par l'état, Pôle emploi et la branche professionnelle FORCO, fonds de formation du commerce.

Un métier après avoir échappé à l'enfer 

Ils ont fui l'enfer qui a pour nom Afghanistan, Soudan, Erythrée, Guinée, Irak et sont arrivés en France par la Turquie ou la Libye après des mois voire des années de voyages. 

Au Pont-de-Claix, ils sont 12 jeunes hommes avec le statut de réfugié qui leur donne le droit de travailler. Depuis septembre dernier, on leur a d'abord appris le français, puis un métier élémentaire : remplir les rayons des supermarchés. Un job que personne ne veut faire.   

Omar a quitté le Soudan, il y a deux ans, pour la Lybie, l'Italie. Il était agriculteur, le voilà en contrat de professionnalisation. Safi, 25 ans, lui aussi était agriculteur, mais en Afghanistan. Omar et Safi ont fui les dictatures religieuses du Soudan et d'Afghanistan. Au départ, Omar ne pensait pas à la France, il pensait rester en Libye. Mais séjourner dans ce pays, ce n'est pas une vie.  

Omar et Safi viennent d'apprendre un métier comme un millier de réfugiés que notre pays vient de former pour occuper des emplois qui ne trouvent pas de candidats.  

La formation des réfugiés aux métiers du commerce

Selon Dominique Bissuel, directeur du centre AFPA du Pont-de-Claix, dans ce secteur, les employeurs ont du mal à recruter, comme le bâtiment, l'industrie, la logistique, la restauration. 

"Certains secteurs professionnels qui ont du mal à recruter ont recours à des réfugiés pour lesquels ils participent à la formation profesionnelle"