Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La politique sociale du gouvernement, "c'est un nivellement par le très bas"

mardi 9 octobre 2018 à 11:27 - Mis à jour le mardi 9 octobre 2018 à 17:13 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

À l'occasion de la première journée de mobilisation interprofessionnelle de la saison, le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Luc Bonnal était l'invité de France Bleu Vaucluse matin.

Force Ouvrière sera présente dans le cortège ce mardi
Force Ouvrière sera présente dans le cortège ce mardi © Radio France - Aurélie Lagain

Vaucluse, France

La CGT, Force Ouvrière, Solidaires et les organisations de gauche descendent dans la rue pour la première manifestation de la saison, contre la politique du gouvernement. "La colère est partagée par tous, prévient Jean-Luc Bonnal, le patron de FO dans le département. Il faut faire face aux réformes qui se mettent en place au détriment de notre modèle de protection sociale peu à peu détricoté. Cette manifestation doit être un point d'ancrage pour construire la mobilisation à venir."

Le gouvernement s'attaque à deux gros chantiers : la réforme de l'assurance chômage et celles des retraites, ce que redoute Jean-Luc Bonnal : "Ce qui est proposé, une retraite universelle par points, c'est un nivellement par le bas voire le très bas. C'est le travail sans fin ou la retraite au rabais". 

"L'âge de départ à la retraite à 62 ans, c'est une ligne rouge à ne pas franchir"

Les petits déclarations d'Emmanuel Macron sur les chômeurs ou les retraités sont une source de crispation de plus pour les syndicats. "Il y a un mécontentement global, quand le président de la République les interpelle en leur demandant de faire un effort, poursuit Jean-Luc Bonnal. Ces phrases, c'est insupportable, je considère que c'est délibéré. Quand on s'adresse à un horticulteur pour lui dire de traverser la rue pour aller faire la plonge, on le méprise et on cède à une forme de populisme, qui considère que les chômeurs sont responsables de leur situation."

Deux autres journées de manifestation sont déjà prévues : le 18 octobre pour les retraités, le 12 novembre pour l'Éducation nationale