Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre-et-Loire : la déception des céréaliers face aux mesures d'urgence du gouvernement

-
Par , France Bleu Touraine

Les moissons ont été très mauvaises en Indre-et-Loire à cause de la sécheresse, à l'image de la France. Et les mesures d'aide du gouvernement annoncées cette semaine sont loin de satisfaire les céréaliers.

Des rendements en blé inférieurs de 25 à 40% dans le nord-est de l'Indre-et-Loire
Des rendements en blé inférieurs de 25 à 40% dans le nord-est de l'Indre-et-Loire © Radio France - Denis Guey

Dans les plaines céréalières du nord-est de la Touraine, l'état des cultures de blé, orge et colza est très inquiétant. Ces cultures ont subi des périodes de fortes pluies en début d'année, puis une période de grande sécheresse au printemps et à l'été. Conséquence, les rendements ont été parfois catastrophiques.

De Villedomer à Château-Renault et de Château-La-Vallière à Amboise, les rendements de blé ont baissé parfois jusqu'à 40% et ceux de l'orge jusqu'à 70%. Le résultat des moissons est l'un des pires des 30 dernières années.

Versement d'aides anticipé, report de charges et degrèvements

Face à cette crise, le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, a déclaré que le gouvernement allait notamment demander le versement de 70% des aides de la PAC le 16 octobre, soit une avance de trésorerie d'un milliard d'euros. Le gouvernement promet aussi le report des charges, des dégrèvements sur la taxe foncière non bâtie que paient les agriculteurs et accepte le décalage des dates de semis. 

Les céréaliers sont déçus, ils demandaient un vrai plan d'urgence pour sauver leurs trésoreries qui sont exsangues. "Insuffisant" dit Emilien Proust "ce ne sont que des mesurettes". Il est le président du GDA de Château-Renault, le groupement de développement agricole auquel adhèrent 180 agriculteurs. Cela représente environ 30.000  hectares de culture de céréales. 

Des mesures structurelles plutôt que conjoncturelles

Le ministre va aussi autoriser le fauchage des terres en jachères pour apporter de la nourriture aux élevage. Mais pour Emilien Proust, c'est trop tard car les jachères sont déjà grillées. Au final, le président du GDA nord-est  voudrait que le gouvernement prenne enfin des mesures structurelles pour l'agriculture française et non pas seulement conjoncturelles comme il le fait systématiquement. 

"C'est toute la profession agricole qui souffre, céréaliers, éleveurs, viticulteurs, maraîchers à cause de la sécheresse, dit-il, on a de vraies mesures de prévention à prendre dans les années qui viennent". "Ça fait des années qu'on demande au gouvernement de prendre ces mesures sur le stockage de l'eau, sur la prévention des aléas climatiques., il serait temps que l'on se mette vraiment au travail".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess