Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre

Y a-t-il un boom de l'immobilier en Sarthe ?

-
Par , France Bleu Maine

Des panneaux à vendre qui disparaissent petit à petit devant les maisons ou les appartements. En Sarthe, depuis la fin du confinement, le marché de l'immobilier explose.

Près de 50 maisons vendues en quatre mois à Fresnay-sur-Sarthe
Près de 50 maisons vendues en quatre mois à Fresnay-sur-Sarthe © Radio France - Solène Cressant

Les chiffres sont là : 47 maisons vendues en 4 mois à Fresnay-sur-Sarthe, une bonne trentaine depuis la fin  du confinement à La Ferté-Bernard, "tout part et très vite" à La flèche selon un agent immobilier. La majorité des professionnels de immobilier de la Sarthe l'assurent, "on a très, très bien travaillé depuis le mois de mai et la levée du confinement". Aujourd'hui, il reste même peu de biens à vendre. Un effet confinement ?

Du jamais vu depuis 14 ans 

"C'est une année exceptionnelle" assure le représentant de la fédération Nationale de l'Immobilier (FNAIM) en Sarthe, Denis de Chantepie, dans certains secteurs comme à l'Est du département, des agences ont doublé leur activité. Les ventes de biens au Mans ont augmenté de 30% par rapport à l'année dernière sur la même période, certains agents n'ont pas vu ce niveau d'activité depuis 14 ans, depuis les années 2006-2007 avant la crise de 2008.

Pour les agents immobiliers, il y a un effet confinement indéniable avec "des gens qui ont été très rapides dans leur décision" selon Stéphane Vachot, responsable de l'agence CarréMans Immobilier au Mans et représentant de dix agences immobilières dans la ville, "des projets que certains avaient à long ou moyen terme se sont accélérés par crainte d'une nouvelle période de confinement". 

Il  y a eu des envie de jardins ou de cour intérieure bien-sûr, du moins d'extérieur, mais aussi des envies de centre-ville pour certains à qui le confinement à la campagne n'a pas plu. Cet engouement pour la Sarthe vient aussi d'ailleurs, selon Stéphane Vachot, "on n'a pas que des clients manceaux, un contact sur trois vient de Paris et dope le marché", tout cela sans faire augmenter les prix précise le professionnel.

A La Ferté-Bernard, il y a une hausse des ventes de maisons secondaires selon le responsable de l'Agence Sarthoise Immobilière, elles sont passées de 15% à 50% de l'activité de l'agence. "Il faut maintenant voir si cette forte hausse des ventes continue dans le temps" tempère le représentant de la FNAIM Sarthe, Denis de Chantepie, "le bilan le plus parlant sera au moment de Noël". 

Des maisons qui partent en 15 jours à Fresnay-sur-Sarthe

Les plus petites communes en profitent. A Fresnay-sur-Sarthe, la maire a fait les comptes, 47 maisons se sont vendues en quatre mois, juste après le confinement. 

Il y avait 15 maisons à vendre sur l'avenue Charles de Gaulle, il en reste deux - Fabienne Labrette-Ménager, maire de Fresnay-sur-Sarthe

La directrice de l'agence Orpi de la commune qui compte plus de 3.100 habitants le reconnaît "ça a été la folie !", lâche Pascale Leduc, "j'ai même des problèmes aujourd'hui", dit-elle en riant, "l'automne va être plus difficile, non pas parce que je n'ai pas d'acheteurs, mais parce que j'ai plus assez de biens !". A Fresnay, les maisons entre 50.000 euros et 80.000 euros sont celles qui se vendent le plus, "si j'ai une petite maison avec jardin à Fresnay, elle est partie dans les quinze jours" assure Pascale Leduc. 

Pourquoi tant d'engouement ? "On a 80 commerces" explique la maire Fabienne Labrette-Ménager, qui connait les atouts de sa commune "on est un village sans être vraiment à la campagne, nous avons cet entre-deux qui plait, c'est aussi un village connecté avec le Wi-fi dans la ville, la fibre qui arrive bientôt qui plaît donc à tous ceux qui veulent télé-travailler et puis on n'est qu'à deux heures de Paris en voiture". 

Un changement des modes de vies 

Les nouveaux arrivants, motivés par le confinement, sont donc des personnes qui achètent une maison secondaire, des personnes qui préparent leur retraite, quelques parisiens, mais "surtout des jeunes" se réjouit Pascale Leduc "ce sont des trentenaires qui viennent s'installer réellement à la campagne après avoir souvent dû travailler en ville, ils peuvent maintenant télé-travailler et les familles savent qu'elles peuvent mettre leurs enfants à l'école jusqu'à la fin du collège ici." Pour la professionnelle de l'immobilier mais aussi pour la maire, au delà d'un effet confinement, ceci témoigne d'un véritable changement des mentalités et des modes de vie "il y a un réel renouveau sur les petites villes de campagnes". 

Le confinement m'a poussée à franchir le pas - Najina une parisienne devenue Fresnoise

C'est bien parce qu'elle en avait marre du 18e arrondissement de Paris que Najina a voulu partir vivre à la campagne "pour le vert, pour le calme et les vieilles pierres" dit la jeune femme enceinte de son premier enfant. "C'est aussi le confinement qui m'a poussée à franchir le pas" précise-t-elle, soulignant que la proximité avec Paris était très confortable. Ce qui devait être une transition ou une maison secondaire se transformera peut-être en emménagement définitif, la jeune femme est "en plein changement de vie" sourit-elle, juste à côté la maire de Fresnay glisse un dernier argument en montrant son ventre "il y a de la place dans nos écoles !". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess