Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Yonne : les cinémas municipaux face à la baisse de fréquentation

-
Par , France Bleu Auxerre

Depuis le déconfinement et la réouverture des salles obscures le public se fait rare. Le phénomène touche autant les grandes structures que les cinémas municipaux de l'Yonne. À Avallon la municipalité a d'ailleurs décidé de fermé le sien jusqu'à la fin de l'été.

Selon le Centre National du Cinéma, la fréquentation des salles de cinéma françaises s’est effondrée de 73,8 % en juillet par rapport à l’an dernier (photo d'illustration)
Selon le Centre National du Cinéma, la fréquentation des salles de cinéma françaises s’est effondrée de 73,8 % en juillet par rapport à l’an dernier (photo d'illustration) © Radio France - Nicolas Blanzat

Depuis le 22 juin dernier les cinémas ont pu rouvrir au public. Mais celui-ci n'est pas au rendez-vous. Au niveau national la fréquentation est en chute libre sur le mois de juillet -73,8% par rapport à l'an passé selon le Centre National du Cinéma. En cause les contraintes sanitaires et l'absence de grosses locomotives comme les blockbusters américains ou les grandes comédies à la françaises 

Cette baisse se constate chez nous dans l'Yonne quelque soit la taille de la structure. Face à cette baisse les cinémas municipaux s'adaptent. 

À Avallon, le cinéma ferme ses portes jusqu'en septembre 

À Avallon par exemple, il faudra désormais attendre septembre pour vous faire une toile. La municipalité a tout simplement décidé de fermer le cinéma faute de cinéphile, et ce, jusqu'à la rentrée. En juillet, déjà, il y avait quelques 190 spectateurs par semaine contre 800 habituellement. La semaine dernière, ils étaient tout juste une centaine " Vendredi dernier, sur 8 séances il y en a eu 4 avec zéro spectateur" détaille l'adjointe à la culture Agnès Joreau. Impossible donc de continuer dans ces conditions. "Si c'était resté ouvert, il fallait maintenir le personnel qui est, dans tous les cas, payé, mais il fallait en plus prendre les films or la location de film ça coûte, il y a les factures, la femme de ménage qui vient d'un prestataire extérieur" détaille-t-elle avant de conclure  "Tout cela ça fait des coûts, pour zéro spectateur ça ne vaut pas le coup le choix est vite fait" 

À Saint-Julien-Du-Sault, on mise sur la qualité et non la quantité

Le choix , justement, a été différent à Saint-Julien-Du-Sault, où le cinéma est confié à l'association Panoramic Bourgogne. À rebours des autres, le cinéma de la commune a divisé par deux le nombre de séances. " Beaucoup de cinéma on voulu maintenir le nombre de séance en espérant attirer le public avec une grande offre " analyse Andrew Wakden, le président de Panoramic Bourgogne, qui poursuit "nous on a baissé l'offre pour concentrer les gens, et ça a marché puisque nous constatons que notre taux de remplissage est resté relativement stable" . Il reste cependant inquiet quant à la suite car, selon lui, le cinéma européen (et donc français), est extrêmement dépendant de la locomotive américaine. Sans reprise outre atlantique, la traversée du désert pourrait s'éterniser. 

Fermé depuis l'automne, le cinéma de Tonnerre fait le pari risqué de la réouverture

Et puis, il y a aussi ceux qui ont pris le pari un peu de fou de rouvrir le cinéma en plein été et en pleine crise sanitaire. À Tonnerre, le cinéma était fermé depuis l'automne, la nouvelle équipe municipale l'a réouvert dès que possible, il y a trois semaines environ. Même si il n'y a qu'une quinzaine de spectateurs en semaine, un peu plus le week-end, le choix est assumé. Bernard Clément est adjoint à l'urbanisme, il a pour mission de redonner une seconde jeunesse au cinéma de la commune sous la nouvelle mandature. " Pour le moment les entrées ne couvrent pas les charges, ça c'est clair ! Mais pour moi le cinéma c'est un peu comme du service public, ce n'est pas nécessairement fait pour être rentable, c'est comme la piscine ou les terrains de sport ça peut être à perte, mais c'est indispensable" . D'ailleurs cette réouverture permet aussi à la nouvelle équipe de se roder avant la rentrée.

Car tous espèrent qu'en septembre l'avenir des salles obscures s'éclaircira un peu avec la rentrée et la sortie de nouveaux films.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess