Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Yonne : une entreprise de Montholon se relance grâce à une borne de désinfection sans contact

-
Par , France Bleu Auxerre

TPMS Métal, une entreprise de découpe de métaux installée à Aillant-sur-Tholon (commune nouvelle de Montholon) dans l'Yonne, tente de sortir de la crise grâce à une borne de désinfection sans contact qu'elle commercialise depuis quinze jours. Les commandes affluent.

Fernando Dias Goncalves, le directeur de TPMS Métal a eu l'idée de commercialiser cette borne de désinfection sans contact, qui s'adapte à de multiples contenances.
Fernando Dias Goncalves, le directeur de TPMS Métal a eu l'idée de commercialiser cette borne de désinfection sans contact, qui s'adapte à de multiples contenances. © Radio France - Thierry Boulant

TPMS Métal, une entreprise de découpe de métaux installée à Aillant-sur-Tholon se relance grâce à une borne de désinfection sans contact. Comme beaucoup d'autres, elle a connu une chute d’activité avec la crise sanitaire. TPMS Métal s’est donc lancée début mai dans la fabrication de distributeurs de gel hydroalcoolique, actionnés grâce à une pédale. 

Un succès immédiat

C'est le directeur de l'entreprise, Fernando Dias Goncalves qui a eu l'idée de cette borne. "J’ai fait un petit croquis" raconte t-il "et je l’ai donné au bureau d’étude ici. On a fait un prototype et on a lancé les séries." Le succès a été immédiat :  "On en avait lancé 50 le premier jours pour tâter un peu le terrain. Une heure après, il n’y en avait plus. Quand on en lance 500, le temps de les fabriquer, elle sont déjà vendues", se félicite Fernando Dias Goncalves. 

"Des commerçants, des artisans, des mairies commandent"

Le reportage de Thierry Boulant pour France Bleu Auxerre

TPMS Métal peut fabriquer jusqu'à 1000 bornes de désinfections par jour.
TPMS Métal peut fabriquer jusqu'à 1000 bornes de désinfections par jour. © Radio France - Thierry Boulant

Un objet pratique

Cette borne métallique permet d''accueillir des bidons de gel hydroalcoolique de plusieurs contenances (jusqu'à 5 litres), grâce à un plateau réglable. Elle dispose d'un porte-affichette, d'un compartiment porte-mouchoir, d'une petite poubelle intégrée et est disponible dans une dizaine de couleurs. Les commandes affluent depuis le lancement de cette borne vendue 149 euros pièce.  Delphine Marais, qui tient avec son mari Thierry une boulangerie-pâtisserie à Aillant-sur-Tholon, en a acheté une dés qu'elle a su. "Tout le monde n’a pas forcément son gel sur soi", explique la boulangère, "cette borne, c’est un petit service de plus aux clients."

La boulangerie pâtisserie Marais à Aillant-Sur-Tholon  a acheté sa borne de désinfection pour offrir un service supplémentaire à ses clients.
La boulangerie pâtisserie Marais à Aillant-Sur-Tholon a acheté sa borne de désinfection pour offrir un service supplémentaire à ses clients. © Radio France - Thierry Boulant

Jusqu'à un millier par jour

Dans l'Yonne, des restaurateurs, des cafés, des boutiques de prêt-à-porter mais aussi des mairies et des écoles ont passé commande, mais d'autres commerçants ou collectivités de la région parisienne ou du sud de la France en ont aussi achetés. TPMS Métal peut en sortir jusqu'à un millier par jour. 

Les commandes pour ces distributeurs viennent d'artisans, de commerçants, mais aussi de mairies, d'écoles ou de supermarchés.
Les commandes pour ces distributeurs viennent d'artisans, de commerçants, mais aussi de mairies, d'écoles ou de supermarchés. © Radio France - Thierry Boulant

Une production alternative

Son directeur espère poursuivre sur cette bonne lancée pour que les 35 salariés retrouvent tous leur poste. "Aujourd’hui, on vit une période très compliquée" s'inquiète-t-il, "on est à seulement à 40 ou 50% de productivité parce que nos clients habituels sont fermés et qu’on ne sait pas s’ils vont rouvrir.  C’est pour cela qu’on a cherché une production alternative, pour justement faire revenir tout le monde au travail et même embaucher, si ça marche." Prochaine étape, un site Internet spécialement dédié à ce produit sera mis en ligne cette semaine, pour des commandes simplifiées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess