Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Yvan Lambert fait le bilan de ses 4 ans à la tête de PSA Sochaux

mardi 24 avril 2018 à 10:46 Par Soline Demestre, France Bleu Belfort-Montbéliard

Yvan Lambert s'apprête à quitter la direction de l'usine PSA de Sochaux. Quatre ans après sa nomination, il rejoint la direction des achats du groupe. Yvan Lambert fait le bilan de son mandat sur France Bleu Belfort Montbéliard.

Yvan Lambert (photo d'archives)
Yvan Lambert (photo d'archives) © Radio France - Sébastien Germain

Sochaux, France

A votre arrivée en juin 2014, imaginiez-vous que Sochaux en serait là aujourd'hui, à tourner à plein régime ?

Yvan Lambert : C'était  difficilement imaginable. Certes l'économie repartait mais on était loin de l'étape actuelle où on a deux belles voitures qui fonctionnent très bien, et même trois avec celle d'Opel. On est remplis à plein. On fait 2000 voitures par jour. On travaille les week-end. Donc on ne pourrait pas rêver mieux au bout de quatre ans. 

Quel événement particulier vous a marqué ces quatre dernières années ?

Yvan Lambert : Le plus gros événement qu'on a vécu c'est le lancement de la 3008 avec la forte attente qu'il a eu derrière et l'obligation que nous avons eu d'augmenter les cadences au maximum. On voulait que nos clients aient leur voiture à temps mais on a bien vu que c'était compliqué. Il y a eu un petit temps d'attente au départ. Maintenant tout est régularisé mais ça a été un très beau challenge pour l'usine et un beau travail de concert avec le service de recherche et développement.

Justement au sujet des livraisons, aujourd'hui, avec la grève à la SNCF, comment ça se passe ?

Yvan Lambert : Je ne peux pas vous dire que ça se passe parfaitement mais on l'avait vu venir. On savait qu'on serait obligé de stocker des voitures. On a à peu près 50% de nos véhicules qui partent par train et 50% par camion donc la moitié des livraisons n'est pas perturbée. Pour la partie train, on s'est arrangés pour mettre des camions supplémentaires. Et on a mis à disposition de Gefco, notre opérateur, le parking de Fontaine où il regroupe toutes les voitures qu'il envoie, y compris celles de la concurrence. Mais le parking est loin d'être plein. Il doit y avoir 600 voitures stockées actuellement. 

Le site de Sochaux est entré dans une phase de transformation pour mettre en place l'usine du futur, Sochaux 2022. Pour votre successeur Stéphane Dubs, est-ce que ça ne va pas être compliqué de continuer à produire sur un site en mutation ?

Yvan Lambert : C'est toujours compliqué mais on a une grande capacité à s'adapter. Et cette capacité on la met en oeuvre même dans les moment difficiles. Et ces moments difficiles, je pense qu'ils vont arriver, puisqu'on va avoir de nouveaux véhicules, on va avoir cette  transformation mais je pense qu'on saura la gérer et j'ai tout à fait confiance en l'équipe actuelle pour y arriver. 

Toujours pas de nouvelles embauches prévues en CDI à Sochaux ?

Yvan Lambert : On en a eu quelques unes deux années de suite, aussi bien du côté des opérateurs que du côté des responsables d'unité ou de l'encadrement. On est le site PSA qui a le plus embauché donc, je ne sais pas ce que seront les prochaines années, mais globalement, on a eu la capacité de renouveler une partie de notre personnel et je trouve que c'est très bien. Ça remet du dynamisme dans les équipes.

Quel conseil pourriez-vous donner à votre successeur ?

Yvan Lambert : Je n'ai pas forcément de conseils à lui donner. Il est tout à fait apte à continuer le chemin, sans doute différemment. Le seul conseil que j'aurais à lui donner, ce serait de faire attention aux gens parce qu'ils sont la richesse de l'entreprise, et c'est la seule richesse qu'on a au final.