Infos

ZAC de Béner : le projet avance mais ne verra pas le jour avant plusieurs années

Par Ruddy Guilmin, France Bleu Maine jeudi 25 août 2016 à 12:51

Un magasin Ikea (illustration)
Un magasin Ikea (illustration) © Géraldine Marcon / Radio France

Le projet de zone commerciale Ikea-Leclerc à Béner, près du Mans, a reçu un nouvel avis favorable après l'enquête publique sur l'eau et l'aménagement urbain. Cependant, il est toujours contesté devant les tribunaux. Et ne devrait pas voir le jour au mieux avant quatre ou cinq ans. Explications.

Un nouveau feu vert pour le projet de zone commerciale Leclerc - Ikea à Béner, à l'entrée Est du Mans. Après une première enquête en 2015, une commission chargée cette fois de la double question de l'eau et des permis d'aménager (au Mans, et à Yvré-l'Evêque) a rendu son rapport en début de semaine : avis favorable. D'après les trois commissaires enquêteurs qui ont planché sur le sujet et recueilli près de 600 avis de citoyens, élus, associations et même partis politiques, rien ne s'oppose donc, de ce côté là, au projet de Béner.

Il faudra bien encore quatre ou cinq ans - Claude Hervé

"C'est une nouvelle étape et nous en sommes très contents, se réjouit l'homme d'affaire manceau Claude Hervé, gérant de la SNC Bénermans qui porte le projet, "mais il faudra encore de nombreuses autorisations à l'avenir. Vous savez, un tel projet, ça met en moyenne douze ans à se concrétiser. Ça fait sept ans que nous travaillons dessus... Il faudra bien encore quatre ou cinq ans". Autrement dit, on est bien loin d'une ouverture en 2017 qui avait été annoncée au départ.

Quelles sont les suites de la procédure ?

  • La SNC Bénermans, qui porte le projet, va désormais pouvoir déposer ses permis d'aménager auprès des maires du Mans et d'Yvré l'Evêque. Chaque maire sera compétent pour refuser ou accepter, en général sous un délai de trois mois. Ces permis seront soumis au contrôle de légalité du préfet.
  • La préfecture, de son côté, dispose de trois mois maximum pour autoriser ou non le projet au regard de la loi sur l'eau. Le dossier sera étudié par le conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques. Et le porteur du projet peut apporter des précisions. La décision finale est attendue au mieux mi-septembre, au plus tard début novembre.
  • Ensuite, quand les porteurs du projet seront prêts, ils devront déposer les permis de construire. Et là encore, "vu l'ampleur du projet, cela donnera peut-être lieu à une nouvelle enquête publique ou à une étude d'impact", explique Claude Hervé. 

Un projet toujours contesté devant les tribunaux

L'autorisation donnée à Leclerc et au géant suédois du meuble de s'installer en Sarthe continue d'être mis en cause devant les tribunaux par le propriétaire et certains commerçants du Parc Manceau, l'ensemble commercial installé en zone nord où figure notamment l'ameublier Alinéa, concurrent direct d'Ikea. Validée une première fois fin 2014 par la commission départementale d'aménagement commercial, puis confirmée par la commission nationale en mai 2015, la création de la ZAC de Béner est aujourd'hui contestée devant la Cour administrative d'appel de Nantes.

Entre-temps, le groupe Desjouis, maison mère du Parc Manceau, a relancé le projet d'extension de Family Village, à Ruaudin. Certains y verront sans doute un acte stratégique pour tenter de prouver l'inutilité commerciale de la zone de Béner... Le dossier est en instruction. La décision n'est pas attendue avant plusieurs mois. En cas de rejet de sa demande, le Parc Manceau pourrait saisir en dernier recours le Conseil d'Etat. Mais cette procédure n'est pas suspensive, c'est à dire que même si elle traînait pendant des années, elle n'empêcherait pas les travaux de commencer.

Partager sur :