Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des perturbations dans les crèches de la Mayenne ce jeudi 23 mai

-
Par , France Bleu Mayenne

Le personnel de la petite enfance est appelé à manifester par trois syndicats à Laval ce jeudi 23 mai. Les inquiétudes concernent l'article 50 de la Essoc qui prévoit une dérégulation du mode d'accueil des enfants dans les structures.

Assistante maternelle (illustration)
Assistante maternelle (illustration) © Maxppp - Hervé Kielwasser

Département Mayenne, France

Votre enfant n'ira peut-être pas à la crèche ce jeudi, ou du moins le matin. Les éducatrices de jeunes enfants, les puéricultrices et les auxiliaires de puériculture sont appelées à manifester devant la préfecture de Laval à 11h. L'intersyndicale réunissant la CFDT, la CGT et Force Ouvrière s'inquiètent de l'article 50 de la loi EssoC (État au service d'une société de confiance). Le texte est censé faciliter l'accueil des enfants dans les multi-accueils mais les syndicats craignent au contraire un abaissement du taux d'encadrement des enfants. 

Le gouvernement pourra appliquer ce texte par ordonnance à partir du mois de novembre. Christelle Meslin, déléguée syndicale CFDT à la ville de Laval, craint une dégradation des conditions d'accueil des enfants dans les crèches, et un abaissement du taux d'encadrement des enfants.

"40% du personnel de la petite enfance est qualifié"

"1 adulte pour 5 enfants qui ne marchent pas"

En réponse à cette réforme gouvernementale, l'intersyndicale s'est entendue sur plusieurs propositions : le retour à un ratio d'au moins 50% de professionnels les plus qualifiés en établissement. De passer progressivement à un ratio moyen d'encadrement d'un professionnel qualifié pour cinq enfants. De limiter les possibilités d'accueil en surnombre à 110% de l'effectif en EAJE. De garantir la qualité de professionnel de la petite enfance à la direction des EAJE. D'inscrire dans le temps de travail des temps de réflexion sur les pratiques professionnelles et de promouvoir la formation continue des professionnels tant des modes d'accueil collectifs qu'individuels.