Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Haute-Savoie : à Chamonix, les saisonniers se préparent à un hiver de vache maigre

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Les saisonniers des stations de ski travailleront-ils cet hiver, combien de temps, et pour quel revenu? Dans la vallée de Chamonix comme dans tous les autres massifs, des milliers de familles sont plongés dans l'incertitude et l'inquiétude depuis les annonces d'Emmanuel Macron mardi soir.

Une fin novembre bien morose dans les stations de ski
Une fin novembre bien morose dans les stations de ski © Radio France - Marie AMELINE

Si comme l'a annoncé ce mardi soir, le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, les stations de sports d'hiver n'ouvrent pas d'ici janvier, ce sont dans tous les massifs confondus, près de 120 000 travailleurs saisonniers qui s'inquiètent pour leur avenir et leurs finances.

Je n'ai plus rien pour cet hiver

En haute-Savoie, dans la vallée de Chamonix, les quinze jours des fêtes de fin d'année constituent une part essentielle des recettes hivernales, compte-tenu du volume de résidences secondaires, et de skieurs étrangers, notamment suisses.  Là, au pied du Mont-Blanc, les trois quarts des saisonniers sont sédentaires. Ils résident dans la vallée à l'année et sont pluriactifs. C'est le cas à Servoz de Joyce Pluimgraaff, mère de famille de quatre enfants, qui depuis plusieurs années enchaînent les contrats saisonniers dans l'hôtellerie, et les magasins de sports. 

"Je devais signer cette fin novembre un CDI à temps partiel dans un magasin de snowboards de Chamonix, mais mon patron vient de me dire que finalement cela ne se fera pas. Je me retrouve sans rien. Heureusement, mon mari qui était traiteur et dont l'activité a sombré également, a trouvé à se reconvertir dans le bâtiment".

"J'espère que je vais retrouver du travail, quel qu'il soit, pour avoir un petit revenu , et pour le moral aussi"-Joyce, saisonnière de Servoz

Jérôme Boucher, lui est paysagiste l'été, et conducteur d'engins de damage l'hiver, depuis 40 ans, à la Compagnie du Mont-Blanc, sur le domaine du Brévent. Il sait qu'il va travailler , mais reste à savoir comment et dans quelles conditions. "On n'a aucune date, aucune visibilité.  Je devais signer mon contrat le 1er décembre, mais pour l'instant c'est retardé d'une semaine car il faudra tout de même préparer les pistes si ça neige. Nous, sur le secteur du Brévent nous sommes 8, mais il n'y aura pas du travail pour tout le monde ces prochaines semaines, alors on a décidé que ce sont ceux qui auront le plus de difficultés financières qui travailleront."

Auto-entrepreneur l'été, et indépendant l'hiver, je n'ai pas le droit au chômage tant que je n'ai pas signé mon contrat de dameur"-Jérôme, saisonnier aux remontées mécaniques de Chamonix

Zéro euro en décembre sauf si ski de randonnée 

Martial Violet est guide haute-montagne indépendant, et moniteur de ski à l'ESF de Chamonix. Tant que les domaines skiables ne sont pas ouverts, il ne peut donc pas travailler, sauf si les activités comme le ski de randonnée, la raquette à neige et la marche en montagne sont autorisées. Pour l'instant, aucune information sur ces pratiques.

"C'est toute l'économie de nos vallées de montagne qui va être ébranlée par cette saison tronquée"-Martial Violet, moniteur de ski et guide de haute-montagne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess