Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

1 500 élèves de Tours déjeunent à l'aveugle lors d'une journée de sensibilisation au handicap visuel

mardi 5 décembre 2017 à 17:39 Par Boris Compain, France Bleu Touraine

Se mettre dans la peau d'un aveugle le temps d'un repas à la cantine : C'est le défi proposé par la mairie de Tours à 1 500 enfants de neuf et dix ans, dans 15 écoles de la ville, le 5 décembre. Cette opération de sensibilisation au handicap a lieu tous les deux ans dans les établissements scolaires

1 500 élèves de CM1-CM2 de Tours ont déjeuné avec un bandeau de sommeil sur les yeux, mardi midi
1 500 élèves de CM1-CM2 de Tours ont déjeuné avec un bandeau de sommeil sur les yeux, mardi midi © Radio France - Boris Compain

Indre-et-Loire

Près de 1 500 élèves tourangeaux de CM1 et CM2 ont mangé les yeux bandés, hier midi, dans les cantines de 15 écoles publiques et privées. C'est la mairie de Tours qui organise tous les deux ans cette opération de sensibilisation au handicap visuel dans le cadre de la journée internationale des personnes handicapées. Un repas à l'aveugle qui a beaucoup plu à ces enfants de 9 et 10 ans, comme France Bleu Touraine l'a constaté à l'école Jules Michelet

Reportage à la cantine de l'école Jules Michelet, à Tours

Les enfants sont par table de huit, avec à chaque fois un adulte pour les servir et pour empêcher toute tricherie. En entrée, on leur donne un plat pas trop difficile à attraper et à reconnaître : carottes rapées et maïs. Ca se complique avec le plat principal. Même quand ils ont enfin réussi à couper et à attraper un morceau de viande, les enfants ont beaucoup de mal à reconnaître qu'il s'agit de joue de boeuf et de polenta.

Viennent ensuite un morceau de fromage et de la compote. Après la première demi-heure, les enfants sont de plus en plus dissipés, mais la plupart des élèves jouent le jeu. A la fin du repas, autour des assiettes de certains, c'est un champ de bataille, mais globalement, les tables sont plus propres qu'un jour normal, car les enfants ont fait plus attention.

Aurélie Ossanow est conseillère municipale chargée du handicap, et elle est elle-même malvoyante

"Vivre les choses, c'est ce qu'il y a de plus parlant. C'est de la sensibilisation par la pratique, et si ils jouent le jeu, c'est un moyen ludique et intéressant de les sensibiliser et de parler des questions du handicap, mais aussi du goût puisque certaines écoles en profitent pour faire aussi un travail là-dessus"