Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

127.000 euros alloués pendant trois ans à la cité éducative de Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Accompagner les enfants et les jeunes des quartiers prioritaires au cours de leur parcours scolaire et extra-scolaire, c'est l'objectif des cités éducatives mises en place par le ministre de l'Éducation nationale. Dans le Gard, les quartiers Pissevin et Valdegour sont concernés à Nîmes.

Le collège Condorcet fait partie de la Cité éducative de Nîmes
Le collège Condorcet fait partie de la Cité éducative de Nîmes © Radio France - Sylvie Duchesne

Mise en place pendant l'été 2019, la cité éducative de Nîmes a été officialisée ce mercredi grâce à la signature d'une convention entre la rectrice de l'académie de Montpellier, le maire de Nîmes et le préfet du Gard. Elle regroupe les six groupes scolaires des quartiers Pissevin et Valdegour, les collèges Condorcet et Jules-Verne, le lycée professionnel Voltaire ainsi que des crèches. 

Ce dispositif vise en effet à accompagner pendant leur parcours scolaire et extra-scolaire, les enfants et les jeunes de ce quartier, jusqu'à 25 ans. "On a choisi ce quartier car il est jeune et se paupérise explique Sophie Béjean, la rectrice de l'académie de Montpellier et parce que ce dispositif peut potentiellement toucher 5.000 jeunes. Il y avait déjà une mobilisation forte autour de l'éducation prioritaire dans ce quartier, poursuit-elle. On a par exemple dédoublé les classes de CP et de CE1 et on voit déjà les effets positifs sur les apprentissages des élèves. La cité éducative va permettre à l'Éducation nationale de travailler avec la Ville, le préfet à travers la politique de la ville et les acteurs associatifs du quartier." 

127.000 euros par an jusqu'en 2023 

La gouvernance de cette cité éducative est assurée par un comité technique qui réunit chaque partenaire. "Le gros avantage de cette cité éducative, c'est cette synergie des acteurs institutionnels, explique Sandrine Hervier, la principale du collège Condorcet qui coordonne le dispositif. On y associe aussi tous les acteurs qui souhaitent participer aux objectifs fixés par la cité éducative. Ici à Nîmes, on a choisi de travailler autour de la prévention-santé, la culture et la citoyenneté. Les partenaires nous proposent une action et nous, on fait en sorte qu'elle soit la plus globale possible pour toucher une tranche d'âge complète". Et notamment tous les jeunes qui ne sont plus scolarisés, comme les 16-25 ans pour les aider à trouver des formations. 

Dans le Gard, rappelle le préfet, "un jeune sur quatre de moins de 25 ans est sans emploi." Deux autres cités éducatives existent dans l'académie, à Montpellier et Perpignan. Quelque 80 sites sont labellisés en France. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess