Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

150 enfants-ouvriers du Népal nourris et scolarisés grâce à des collégiens ardennais

jeudi 5 avril 2018 à 10:36 Par Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Sept élèves du collège Notre-Dame de Charleville-Mézières ont récolté 3.500 euros pour l'école mobile Bikalpa de Katmandou, au Népal. Une somme qui permettra de nourrir 150 enfants ouvriers et mendiants durant un an et de leur offrir 2 heures de cours par jour.

Les collégiens en visio-conférence avec les enfants ouvriers du Népal
Les collégiens en visio-conférence avec les enfants ouvriers du Népal © Radio France - Alexandre Blanc

Charleville-Mézières, France

Pendant plus d'un an, les sept élèves du Club Népal du Collège Notre-Dame de Charleville-Mézières ont vendu des bracelets, des crêpes, des sacs, des petits-déjeuners, des bols de riz, organisé une tombola et déposé des tirelires afin d'aider 150 enfants népalais, ouvriers ou mendiants, âgés de 5 ans pour les plus jeunes

3.500 euros ont été récoltés et remis ce mercredi à l'association Partage. L'argent sera intégralement versé à l'école mobile de Bikalpa à Katmandou, fondée par Stella Tamang, nominée en 2005 pour le  Prix Nobel de la Paix.

De la nourriture offerte pour que les parents acceptent de retirer leurs enfants de l'usine

Cette somme servira à offrir des repas 6 jours sur 7 à 150 enfants travailleurs. Grâce à cette nourriture distribuée gratuitement, les parents acceptent de retirer les enfants de leur travail deux heures par jour. Deux heures pendant lesquelles les mineurs bénéficient de cours avec des professeurs

Félicie, Suzanne et Antoine, trois collégiens engagés : "Eux ne se plaignent pas et n'ont rien à manger"

Les collégiens du club Népal échangent régulièrement par mail, par courrier ou en vidéo avec les jeunes Népalais qu'ils aident. 

5 ans c'est quand même un âge, où nous on était à l'école, on lisait des livres, on jouait, on s'amusait" - Suzanne, 14 ans, collégienne

"Nous, pour un petit rien, on est malheureux alors que eux n'ont presque rien et sont toujours très contents", ajoute Antoine, 14 ans, un autre membre du club Népal.