Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les premiers jeunes Creusois partent en vacances "apprenantes"

-
Par , France Bleu Creuse

Le coronavirus a privé certains jeunes Creusois de plusieurs mois d'école : pour palier ce manque, 327 d'entre eux vont découvrir les "vacances apprenantes", des séjours qui mixent colonies de vacances et enseignements. Les premiers départ ont eu lieu ce lundi 6 juillet depuis Guéret jusqu'à Ahun.

Les jeunes vont conjuguer nature et enseignements à Ahun (Creuse) mais aussi à Saint-Palais (Pyrénées-Atlantiques) ou Super-Besse (Puy-de-Dôme).
Les jeunes vont conjuguer nature et enseignements à Ahun (Creuse) mais aussi à Saint-Palais (Pyrénées-Atlantiques) ou Super-Besse (Puy-de-Dôme). © Radio France - Sophie Peretti

C'est l'une des idées post-coronavirus du gouvernement : les vacances apprenantes. Cette combinaison entre colonies de vacances et enseignements doit permettre à 327 jeunes creusois de 6 à 17 ans de se retrouver en petits groupes mixtes pour consolider des connaissances acquises pendant l'année. Une manière de -déjà- préparer la rentrée prochaine

80% pris en charge par l'État

Le directeur de cabinet de la préfecture de la Creuse, Albert Holl, se félicite du dispositif "qui va permettre de remettre le pied à l'étriller à des enfants qui ont parfois loupé jusqu'à trois mois de cours". 80% du coût de ces voyages, organisés par des associations locales comme la Fédération des œuvres laïques de la Creuse, sont pris en charge par l'État. 

Pour le reste, les familles ont pu se tourner vers la Caisse d'allocations familiales. "Pour 7 à 14 jours de voyage, le reste à charge se situe entre 10 et 20 euros" précise Stéphanie Abid, la directrice : "les quartiers prioritaires de la ville sont la cible numéro une, pour autant nous espérons ouvrir ce dispositif à un plus grand nombre."

Des éducateurs et des professeurs

Même si ces colonies sont ouvertes aux jeunes de 3 à 17 ans, ce sont ceux entre 6 et 13 ans qui vont profiter d'une nouveauté de taille : des professeurs. Sur certains séjours, ils seront là en complément des éducateurs spécialisés (un spécialiste du littoral pour les séjours à Saint-Palais (Pyrénées-Atlantiques) et un spécialiste des volcans pour ceux qui iront à Super-Besse près de Clermont-Ferrand). Car même si aucun programme scolaire ne sera suivi de manière spécifique, ils aideront les enfants à faire le lien entre leur environnement et certaines notions vues en cours. 

"C'est l'éducation populaire : on utilise l'environnement, la culture. On va profiter de ce qu'on découvre, de ce qu'on voit" explique Gérard Palleaux, président de la fédération des oeuvres laïques de la Creuse. Le but "est de partager, de mixer les jeunes, de construire ensemble. On espère que la formule continuera sans le coronavirus, et qu'on puisse faire partir davantage d'enfants" précise Gérard Palleaux. 

Vous pouvez retrouver la liste de toutes ces colonies de vacances apprenantes sur le site du gouvernement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess