Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

2 minutes pour comprendre : où sera le futur rectorat de Nouvelle-Aquitaine ?

jeudi 29 novembre 2018 à 6:01 Par William Giraud, France Bleu Poitou

En 2020, chaque grande région n'aura plus qu'un seul rectorat académique régional. Chez nous, la question est posée : où sera-il ? A Bordeaux, Poitiers ou Limoges ?

Le rectorat de Poitiers
Le rectorat de Poitiers © Radio France - France Bleu

Poitiers, France

Seule certitude : le ministre de l'éducation prendra une décision d'ici la fin de l'année. Jean-Michel Blanquer tranchera d'ici le 31 décembre. Jusqu'ici, l'hypothèse qui semblait tenir la corde, c'était d'installer ce super rectorat à Bordeaux. "Une logique qui peut s'entendre, quand on sait que l'éducation nationale, c'est 100.000 fonctionnaires sur la grande région. Plus de 60.000 en Aquitaine, 30.000 en Poitou-Charentes et seulement 8.000 en Limousin" admet un syndicaliste poitevin.

Raffarin pour Poitiers, Rousset en faveur de Limoges

Mais les élus locaux sont entrés dans la danse. Déclarée "capitale de l'éducation nationale", Poitiers doit l'emporter pour le maire Alain Clayes et l'ancien sénateur Jean-Pierre Raffarin. Ils l'ont dit au ministre. Alain Rousset, le président de Nouvelle-Aquitaine, lui, est pour Limoges "dans un souci d'équilibre et de désenclavement du limousin". 

Le maintien des 460 emplois de Poitiers

A Poitiers et Limoges, on compte sur ce "super rectorat" pour soigner l'image et l'attractivité. Mais c'est un enjeu surtout symbolique, au moins dans l'immédiat. "Car, sauf énorme surprise, les trois rectorats vont rester. Il n'y aura pas de mobilité géographique des personnels administratifs" indique ce syndicaliste. Les syndicats en ont eu la garantie le mois dernier. On parle de mobilité fonctionnelle. En clair, ce sont les services qui seront réorganisés, mais les effectifs seront maintenus. Soit environ 460 personnes à Poitiers.

Un choix qui ménagera les égos

Quel que soit son choix, le ministre de l'éducation aura à cœur de ménager tout le monde. Selon une source proche du dossier, il pourrait mettre le recteur à Bordeaux et lui adjoindre deux bras droits, un vice-chancelier en charge de l'enseignement scolaire à Limoges, et un autre en charge des universités à Poitiers. La réforme ne sera mise en place qu'en 2021 et sera pleinement opérationnelle en 2023.