Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vingt enseignants en plus pour les écoles primaires de la Loire à la rentrée 2021

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

En septembre 2021, le département va être doté de 20 postes d'enseignants en plus. Une bonne nouvelle pour le syndicat SNUIPP-FSU, mais sans être totalement satisfaisante.

Le SNUIPP FSU de la Loire regrette la baisse du nombre de très jeunes enfants scolarisés.
Le SNUIPP FSU de la Loire regrette la baisse du nombre de très jeunes enfants scolarisés. © Radio France - Elie Abergel

28 classes vont ouvrir dans les écoles primaires de la Loire à la rentrée 2021, et 27 vont fermer. Une classe supplémentaire à la clef donc, à cela il faut ajouter 20 nouveaux postes d'enseignants pour cette même rentrée. Le nombre d'élèves lui diminue puisqu'il devrait y en avoir 170 en moins en septembre prochain. 

Si sur le papier l'arithmétique est bonne, le SNUIPP-FSU 42, le syndicat du primaire note de gros points noirs et parle même de "renoncements du ministre Jean-Michel Blanquer". 

Jérémy Rousset, le porte-parole de ce syndicat dans la Loire alerte par exemple sur les jours de décharges des directeurs et directrices d'école primaire, pas assez nombreux selon lui. 

Les directeurs débordés ? 

Ces jours de décharges permettent aux directeurs et directrices d'école qui sont aussi enseignants parfois de se libérer du temps de cours pour se consacrer à différentes tâches administratives, ou bien la relation avec les parents d'élèves.

"_Dans une école de sept classes, environ 200 élèves, nous avons une journée de décharge par semaine. Par comparaison, dans un collège avec le même effectif, vous avez un principal, un adjoint, un CPE et toute une équipe pour gérer l'aspect administratif. Il faudrait doubler les décharges pour tous les directeurs d'école, mais les budgets ne le permettent pa_s", se désole M. Rousset. 

En septembre 2021, seuls 7% des directeurs et des directrices d'école de la Loire bénéficieront d'une augmentation de leur décharge assure le syndicat, trop peu selon le SNUIPP FSU. 

Dominique Poggioli, l'inspecteur d'académie du département lui défend cette avancée. "Toutes les décharges ne sont pas améliorées, mais cela représente tout de même une augmentation significative. Tout cela est une première étape, c'est une belle étape qui a été franchie, et il faut la saluer. Tout le budget ne peut pas aller uniquement sur les décharges." 

La scolarisation des enfants âgés de 2 ans en baisse dans la Loire 

M. Poggioli défend aussi la baisse du nombre d'enfants de deux ans scolarisés dans le département. 50% des enfants de deux ans scolarisés en 2000 selon le SNUIPP, pas plus de 8% aujourd'hui, de quoi rendre l'école encore plus inégalitaire assure le syndicat. 

"C'est vrai que dans certains secteurs, des dispositifs permettaient la scolarisation des moins de trois ans. Il y en a moins aujourd'hui, mais la donne a changé. L'école est obligatoire à partir de trois ans, tous les enfants à partir de trois ans sont instruits. Nous assumons, dans le primaire, de mettre les moyens davantage sur la grande section de maternelle, le CP et le CE1, pour renforcer l'apprentissage des fondamentaux", explique l'inspecteur de l'académie de la Loire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess