Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

200 enseignants sur le parvis des arènes de Nîmes pour protester contre la réforme Blanquer

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Dans tout le pays, la grève des professeurs des écoles a été suivie ce jeudi par 15% d'entre eux, selon le ministère de l'Éducation et 25% selon le premier syndicat du primaire.

Les enseignants du primaire et du secondaire sur le parvis des arènes de Nîmes
Les enseignants du primaire et du secondaire sur le parvis des arènes de Nîmes © Radio France - Hervé Sallafranque

Nîmes, France

Environ 200 enseignants se sont rassemblés ce jeudi en début d'après-midi sur le parvis des arènes de Nîmes. Comme dans tout le pays, il s'agit d'un mouvement contre la loi Blanquer. Plusieurs points du projet de loi "pour une école de la confiance", qui concerne le primaire, suscitent l'inquiétude de la communauté éducative, dont notamment la "création d'établissements publics locaux d'enseignement des savoirs fondamentaux" (EPSF).  Cette nouvelle organisation fait craindre la disparition des directeurs d'école puisque le texte indique que le chef de cet établissement "exerce simultanément les compétences attribuées au directeur d'école", assisté d'adjoints "dont un au moins est chargé" du premier degré. Les syndicats et enseignants y voient la mise sous tutelle des écoles, sous l'autorité du principal de collège, et la disparition des directeurs d'école, lien entre les familles, les élus et l'école. 

Une lettre de Jean-Michel Blanquer aux directeurs

Le ministre Jean-Michel Blanquer tente depuis plusieurs jours de calmer ces inquiétudes. Il reçoit les syndicats, avant l'arrivée du projet de loi devant le Sénat en mai et a écrit aux enseignants, puis aux directeurs d'école.  Dans sa lettre aux directeurs, le ministre déclare que les EPSF dépendront de "l'accord de la municipalité et du conseil d'école" et reposeront donc sur le volontariat.  

D'autres points du projet de loi suscitent l'inquiétude des syndicats : l'abaissement de l'âge de l'instruction obligatoire à trois ans qui se traduit surtout par une dépense supplémentaire des communes au profit des maternelles privées, ou la possibilité pour des étudiants en première année de master de remplacer des profs absents.