Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Six communes du Gard obligées de rouvrir leurs écoles

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gard Lozère

Les communes de Cornillon, Domessargues, Le Martinet, Moulézan, Saint-André-de Valborgne et Saint Michel d'Euzet obligées d'ouvrir leurs écoles. Décision du tribunal administratif de Nîmes. Il avait été saisi par le préfet du Gard pour atteinte immédiate au droit à l'éducation et à l'instruction.

A gauche, Pierre Lucchini, le maire de Moulézan. A droite, Bernard Clément, maire de Domessargues
A gauche, Pierre Lucchini, le maire de Moulézan. A droite, Bernard Clément, maire de Domessargues © Radio France - Philippe Thomain

Le tribunal administratif de Nîmes suspend ce mardi les arrêtés de fermeture des établissements scolaires pris par les communes de Cornillon, Domessargues, Le Martinet, Moulézan et Saint-André-de Valborgne. Ces cinq communes estimaient ne pas être en mesure de respecter le protocole sanitaire mis en place par l'Éducation nationale pour accueillir correctement les élèves. Les maires estimaient en plus ne pas avoir les moyens humains ni financiers pour cette réouverture.

Pour le préfet du Gard, il s'agissait d'une atteinte au droit à l'éducation et à l'instruction. Le 5 juin, une procédure de référé liberté était donc engagée. Après examen, le juge a suspendu par ordonnance les décision de ces cinq communes. Il ordonne aux maires d'assurer l'ouverture et le bon fonctionnement de leurs écoles pour le 15 juin. Ils ont 15 jours pour faire appel devant le conseil d'État. 

Le 10 juin, le Tribunal administratif de Nîmes a également suspendu l'arrêté de fermeture pris par le maire de Saint-Michel-d'Euzet .

Choix de la station

À venir dansDanssecondess