Éducation

A 65 ans, une enseignante dijonnaise refuse la retraite

Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne mercredi 14 décembre 2016 à 19:08

Joelle Sarrazin, à gauche, soutenue par ses élèves
Joelle Sarrazin, à gauche, soutenue par ses élèves © Radio France - Jacky Page

Elle est enseignante et ne veut pas partir à la retraite. Joelle Sarrazin, 65 ans, dont 35 années d'enseignement de la musique, a été mise à la retraite contre son gré. Des élèves et leurs parents ont manifesté devant le rectorat ce mercredi 14 décembre.

Joelle Sarrazin est venue à l’enseignement sur le tard, dit-elle. Autrement dit à 30 ans. Depuis, elle a fait carrière dans l’Education nationale comme professeur de musique. Pendant neuf années, elle a même formé de nouveaux enseignants à cette discipline. Son dernier poste, c’était au collège André Malraux à Dijon. Mais ses 65 ans sont arrivés, et l’heure de la retraite a sonné. A l’heure où tant d’autres s’empressent de plier bagage avec le sentiment d’une liberté retrouvée, Joelle Sarrazin, elle, a voulu rester, même si, au goût de sa hiérarchie, elle n’était pas assez dans les tendances actuelles de l’enseignement.

J'ai encore la foi dans mon métier, j’aime beaucoup les élèves, j’avais envie de continuer.

— Joëlle Sarrazin, professeure de musique

Elle a donc demandé une dérogation pour pouvoir enseigner deux années de plus. Demande rejetée par le rectorat. En quelques jours, après les vacances de la Toussaint, Joelle Sarrazin a appris qu’elle devait quitter l’établissement. La nouvelle a surpris et révolté ses élèves.

Une enseignante à l'écoute de ses élèves

Maureen, 14 ans, est venue avec sa maman. Comme d’autres camarades, elle brandit une pancarte en carton sur laquelle elle a écrit « Madame Sarrazin reviens ». Et elle soutient sans réserve sa prof de musique : « C’était un professeur formidable, elle prenait du temps avant ou après les cours pour être à l’écoute de ses élèves, je trouve ça inhumain, ce qui s’est passé ». Maureen faisait partie de la chorale qu'animait la professeure de musique dans son collège.

Olivier, un père de famille, a lui aussi fait le déplacement devant le rectorat, et dénonce une mise à la retraite autoritaire : « A l’heure où on essaie d’encourager les enfants à embrasser la carrière d’enseignant, quelle image donne-t-on de la profession, quand on voit qu’on peut faire partir d’un claquement de doigts, comme une pestiférée, une prof exceptionnelle dévouée à la cause ?».

Une délégation de parents d’élèves a été reçue au rectorat, lequel devrait communiquer une décision définitive ce vendredi 16 décembre à Joelle Sarrazin. L’enseignante espère une réintégration pour au moins finir l’année scolaire, et « retrouver le sourire ».