Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

75 ans de la libération d'Auschwitz : le devoir de mémoire de Pauline lauréate du concours de la déportation

-
Par , France Bleu Armorique

Pauline Detchessahar est élève en terminale au lycée l'Assomption de Rennes. Agée de 17 ans, elle a remporté en 2019 le concours de la résistance et de la déportation. Un travail sur la Shoah qui éveille les consciences sur tous les génocides perpétrés au XXè siècle dans le monde.

L'étoile jaune au mémorial de la Shoah
L'étoile jaune au mémorial de la Shoah © Maxppp - Thomas Padilla

Pauline Detchessahar a 17 ans. Elève en terminale au lycée l'Assomption de Rennes, elle a remporté en 2019 le concours de la résistance et de la déportation, d'abord au niveau local en Ille-et-Vilaine, puis au niveau national.  "Plus qu'un devoir de mémoire, nous avons un devoir d'histoire comme l'a dit l'historien Pierre Nora. Cette phrase me touche beaucoup. Nous sommes là pour parler et se souvenir des souffrances des victimes et à nous de voir ce que nous allons en faire de ces souffrances" témoigne la lycéenne rennaise. 

Etudier la Shoah en classe

Pour le concours, Pauline a du préparer un travail écrit autour de la déportation et de la répression de 1939 à 1945. Elle a été aidée par son professeur d'histoire Erwan Fournis lui même très engagé dans ce devoir de mémoire. Mais étudier la Shoah en classe n'est pas toujours facile précise l'enseignant "chercher à faire comprendre aux élèves toutes les logiques qui ont abouti à ces horreurs, c'est difficile. Chaque année, ce sont toujours les mêmes questions qui reviennent, pourquoi les juifs, pourquoi la répression, pourquoi toute cette violence. Leur première réaction, c'est l'incompréhension". Pour Pauline, la Shoah éveille aussi les consciences sur tous les massacres du 20è siècle, le génocide arménien, le goulag en URSS, les khmers rouges au Cambodge ou encore le génocide des tutsis au Rwanda.

Pauline Detchessahar avec son professeur du lycée l'Assomption Erwan Fournis
Pauline Detchessahar avec son professeur du lycée l'Assomption Erwan Fournis © Radio France - Loïck Guellec

"Il faut continuer à en parler"

Selon un sondage Schoen Consulting publié mercredi 22 janvier 2019, 16% des français disent "ne pas avoir entendu parler" de la Shoah. Pauline Detchessahar ne cache pas un certain étonnement mais "c'est pour ça, encore et toujours plus, qu'il faut continuer à en parler". Quand elle aura des enfants, elle leur parlera du génocide des juifs  "c'est un événement central et essentiel de notre histoire".

Écoutez Philippe Strol, qui vient d'être nommé à la tête de l’association culturelle et cultuelle israélite de Rennes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess