Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange

96% de réussite au bac dans l'académie de Toulouse : pas assez de place à la fac ?

-
Par , France Bleu Occitanie

Sur l'académie de Toulouse, environ 96% des bacheliers ont été reçus, soit 7 points de plus par rapport à l'an passé. Les présidents des universités s'interrogent quant à leurs capacités d'accueil de tous ces nouveaux étudiants.

Université de Toulouse 1 Capitole
Université de Toulouse 1 Capitole © Radio France - Bénedicte Dupont

Les bacheliers vont-ils tous trouver des places à la fac cette année ? La question se pose : il y a eu un peu plus 96% de réussite au bac cette année sur l'académie de Toulouse, soit presque 7 points de plus que l'an passé.  Un score inédit pour un bac inédit, toutes les épreuves avaient été annulées en raison de l'épidémie. Seules les notes du premier et du deuxième trimestre ont été prises en compte. C'est donc un casse-tête qui s'annonce pour trouver de la place dans les universités.

Des salles et des enseignants supplémentaires

Sur l'académie de Toulouse, il y a environ 29.000 nouveaux bacheliers cette année, c'est à peu près 1.500 de plus par rapport à l'an dernier. Pour Christophe Manibal du syndicat SNES FSU du second degré, il aurait mieux fallu trouver des alternatives pour éviter cette situation : "On aurait pu laisser les élèves faibles un an de plus au lycée pour une mise à niveau et leur permettre d'augmenter leur moyenne dans les disciplines importantes pour avoir un meilleur dossier". 

On ne peut pas pousser les murs."

Du côté de l'université Toulouse Capitole, on l'assure : cette situation avait été anticipée avant même les résultats du bac, en partant du principe que la crise économique pousserait les étudiants à se diriger vers des fac gratuites. Pour cette année, les capacités d'accueil seront donc maximales selon la président Corinne Mascala : "On ne peut pas pousser les murs. Mais le plus important c'est de s'assurer un bon taux d'encadrement. Il ne suffit pas d'accueillir beaucoup d'étudiants, il faut pouvoir leur donner des cours. Nous avons mobilisé tout ce que nous pouvions". 

Le risque de l'échec en première année

Mais ce que la présidente craint le plus, c'est le niveau de ces bacheliers quand ils arriveront à la fac à la rentrée : "Je ne suis pas sûre que les 96 % méritaient d'être reçus. La notation a été souple. Cela va donc repousser le filtre sur l'ensemble du supérieur. Nous, on risque d'avoir un échec beaucoup plus élevé l'année prochaine". 

Corinne Mascala - Présidente de l'Université Toulouse Capitole - "Le risque de l'échec"

Pour ceux qui ne seront pas acceptés dans leurs formations demandées à l’issue de la session Parcoursup, le rectorat de Toulouse a mis en place une commission d'accès à l’enseignement supérieur (CAES) qui travaillera tout l'été pour leur trouver une solution.

Invitée de France Bleu Occitanie, Emmanuelle Garnier, la présidente de l'Université Toulouse-Jean Jaurès lance un appel à sa tutelle pour financer d'urgence des postes d'enseignants.

Emmanuelle Garnier - Présidente de l'Université Toulouse Jean Jaurès

Choix de la station

À venir dansDanssecondess