Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Règles sanitaires à l'école: "Nous continuerons comme cela autant que nécessaire" juge le SNPDEN

Le débat monte sur le maintien ou non de l'ouverture des écoles en dépit du nombre croissant de cas positifs de Covid. Le représentant du SNPDEN dans l'Eure dit sur France Bleu Normandie sa préférence pour le protocole actuel.

Classes fermées pour cas de Covid dans une école maternelle à Paris 18e
Classes fermées pour cas de Covid dans une école maternelle à Paris 18e © Radio France - Julien Pasqualini

Les écoles vont-elles devoir refermer pour aider à freiner l'épidémie de Covid? Depuis ce lundi dans les 19 départements en vigilance renforcée comme la Seine-Maritime et l'Eure il suffit déjà d'un seul cas positif pour que la classe entière ferme durant 7 jours. Certains réclament une fermeture totale des établissements scolaires. Ce n'est pas l'avis d'Adrien Moncomble, secrétaire départemental du SNPDEN, Syndicat National des Personnels de Direction dans l'Eure, et principal du collège Louis Anquetin à Etrépagny. Il était ce mardi l'invité de France Bleu Normandie.

"On sait pourquoi l'école est restée ouverte" a réagi Adrien Moncomble. "Le ministre l'a rappelé. On est tous conscients des enjeux éducatifs qui sont à l'œuvre. En l'occurrence, cette mesure qui est prise va considérablement durcir le protocole et c'est une mesure de précaution. Toute une classe que l'on met en éviction quand il y a un cas. Ca va créer une certaine désorganisation au niveau des enseignements. Les enseignants vont devoir assumer un rôle complètement hybride avec les cours pour les élèves présents et puis la continuité pédagogique à distance pour ceux qui sont maintenus à la maison. Nous continuerons comme cela, autant autant que nécessaire". Faut il aller plus loin?  "Ce n'est pas mon opinion et ce n'est pas ce que non portons au SNPDEN. Les indicateurs épidémiques  diront s'il faut aller plus loin. Et puis, la mise en place de ces nouvelles mesures d'éviction totale devrait nous permettre de voir assez rapidement clair dans la situation".  

Je crois que l'école a fait preuve de beaucoup de résilience. Adrien Moncomble

Et quid de l'instauration d'une demi-jauge dans les collèges comme dans les lycées ?"Quand bien même elle serait porteuse d'un certain nombre de contraintes pour les enseignants et les parents d'élèves, elle constituerait en tout cas un moyen efficace d'application du protocole sanitaire de manière encore plus stricte" juge Adrien Moncomble qui espère que la vaccination des personnels de l'éducation nationale se concrétisera rapidement: "Je crois que nous serions absolument légitimes à pouvoir prétendre à cette vaccination qui constitue une arme, une arme majeure dans la lutte contre cette épidémie".  

Réécoutez ici l'interview d'Adrien Moncomble

Choix de la station

À venir dansDanssecondess