Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

À Annecy, des parents dénoncent la stigmatisation de leur fillette handicapée à l'école

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Un spectacle de fin d'année humiliant et c'est la goutte qui fait déborder le vase. Depuis neuf ans que Lou-Ann, leur petite fille de onze ans, handicapée motrice, est scolarisée en Haute-Savoie, ses parents se battent et s'épuisent. Aujourd'hui, ils dénoncent une inclusion scolaire vide de sens.

A 11 ans, Lou-Ann est scolarisée en ULIS, unité locale pour l'inclusion scolaire, dans une école élémentaire de Metz-Tessy
A 11 ans, Lou-Ann est scolarisée en ULIS, unité locale pour l'inclusion scolaire, dans une école élémentaire de Metz-Tessy - Franck Gay

Annecy, France

Lou-Ann est une petite fille de onze ans pleine de vie. Elle aime jouer, lire, rire et danser. Danser avec le fauteuil roulant que lui impose la maladie génétique orpheline qui altère ses fonctions motrices et cognitives. Mais pas son envie, ni ses capacités à apprendre, et à progresser. Certes, à son rythme et avec son fauteuil. 

Ce fauteuil posé au milieu de la scène du spectacle de fin d'année de l'école élémentaire de Metz-Tessy, près d'Annecy en Haute-Savoie, où Lou-Ann est scolarisée, et où immobile et exclue de la mise en scène, la fillette a regardé ses camarades danser autour d'elle. Son père, photographe, a filmé. Franck Gay s'est senti une fois de trop meurtri du sort réservé à son enfant. Alors il a partagé ces images, sa peine et sa colère sur les réseaux sociaux : _"Pour Lou-Ann c'est trop tard, le mal est fait. Si je parle aujourd'hui, c'est pour les autres"_. Franck Gay a également écrit et interpellé tous les échelons de l'Éducation nationale.

Lou-Ann adore l'école mais l'école ne l'aime pas"

La fillette est scolarisée depuis neuf ans, mais depuis toutes ces années "c'est un parcours du combattant de tous les instants, semé de brimades, d'humiliations et de stigmatisations" raconte son père, Franck Gay. "Lou-Ann adore l'école, on a l'impression que l'école elle ne l'aime pas. Cela ne veut pas dire qu'elle n'a rencontré que des enseignants qui ont été méchants ou malveillants avec elle. _Elle a rencontré des enseignants qui étaient bienveillants mais qui n'ont pas les moyens_, pour certains pas forcément l'envie, d'autres se sont trouvés une vocation et ont eu envie de continuer".

Pour le père de la fillette, le projet inclusif de l'école reste un mot fourre-tout. "Je crois que Lou-Ann, comme ses camarades aime l'école pour tout ce qu'elle représente mais l'école ne lui rend pas et lui renvoie une image systématiquement d'enfant à problèmes, d'enfant en difficulté d'apprentissage, d'enfant handicapé".

Il faut des vrais moyens pour que ces enfants puissent s'épanouir et progresser

Les parents de Lou-Ann réclament de véritable moyens, financiers et humains. "Inclure pour inclure ça n'a pas de sens.Mais avec de vrais moyens, sérieux, on peut faire en sorte que ces enfants aient une vraie capacité à s'épanouir à l'école. Afin qu'ils soient réellement inclus en fonction de leurs capacités, de leurs envies et de leurs besoins". Il y a également la question de la formation des enseignants note le père de la fillette. "Qu'on mette aussi de vrais moyens, avec des enseignants qui soient correctement formés en amont, et pas un an après leur prise de poste. Qu'il y ait un vrai projet pédagogique autour de l'enfant pour le valoriser, parce que dans tout ça ce que l'on oublie, c'est l'enfant".

On pousse de plus en plus l'enfant vers l'institut

Le risque pour le papa, Franck Gay, c'est que l'enfant soit "mis de côté". Dans ce système, l'enfant prend du retard dans ses apprentissages. "On pousse de plus en plus vers l'institut spécialisé et l'enfant restera une charge pour la société. Alors que si c'est un enfant dans lequel on investit, que l'on accompagne pour qu'il puisse progresser dans de bonnes conditions, c'est un enfant qui va peut-être être en capacité de se former, d'apprendre un métier, de devenir un adulte heureux et le plus autonome possible; finalement comme n'importe quel enfant".

A la lettre envoyée à la rectrice de l'académie de Grenoble, Franck Gay a reçu une réponse début juillet. "Les images du spectacle peuvent sembler effectivement choquantes et peu en phase avec les intentions affichées et poursuivies" écrit la rectrice, Fabienne Glaise. "Les enseignants étaient également très déçus de ce qu'ils avaient proposé compte tenu de l'impossibilité pour votre enfant d'avoir pu participer aux préparatifs de cette danse. Par ailleurs, Lou-Ann a participé à plusieurs tableaux de ce spectacle, chants et percussions..."

Cette réponse n'a pas apaisé Franck Gay. Pour digérer ces neuf lourdes années, les parents de Lou-Ann ont décidé de couper les ponts quelques mois, d'emmener leur fille découvrir le monde et d'assurer eux-même son instruction, afin de la préparer au mieux son entrée en sixième, dans un peu plus d'un an.