Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

À Auxerre, les lycéens partagés sur le contrôle continu au bac

mercredi 13 décembre 2017 à 18:07 Par Louis-Valentin Lopez, France Bleu Auxerre et France Bleu

Dans une consultation pour réformer le baccalauréat lancée ce mercredi, une grande partie des questions porte sur la place du contrôle continu. Une mesure polémique, qui divise les lycéens icaunais.

Une lycéenne lors d'une épreuve au baccalauréat (illustration)
Une lycéenne lors d'une épreuve au baccalauréat (illustration) © Maxppp -

Auxerre, France

"Et si tu pouvais changer le bac?" C'est le nom de la grande consultation lancée ce mercredi par le ministère de l’Éducation. Les lycéens sont invités à répondre en ligne à de nombreuses questions, qui concernent en partie l'introduction du contrôle continu. Être évalué toute l'année, c'est une bonne idée pour les premiers de la classe au lycée Fourier d'Auxerre  : "pour ceux qui ont une bonne moyenne, _ça fait des points en plus !_", lâche un Terminale ES, pragmatique.

D'autres y sont favorables car ils ont peur de perdre leurs moyens à cause du stress, ou craignent que leurs efforts ne soient pas reconnus à leur juste valeur. "on peut avoir de bons résultats toute l'année, et puis finalement ne pas réussir au bac", redoute une lycéenne.

Reportage avec les lycéens d'Auxerre, plus ou moins convaincus par le contrôle continu.

Les mauvais élèves moins convaincus

Mais pour certains, comme Perrine, "contrôle continu" est un gros mot : "je n'ai pas une bonne moyenne, donc ça ne m'arrange pas", concède-t-elle en riant. Effectivement, la majorité des mauvais élèves est inquiète, une inquiétude partagée par tous les élèves dit "irréguliers" comme Maël, en Terminale S : "parfois je peux avoir des bonnes notes, parfois je peux avoir 4", avoue le jeune homme. D'autant plus que selon lui le contrôle continu ouvre la porte à des inégalités : "par exemple, en mathématiques, j'ai un professeur qui est assez compliqué à cerner..."

La professeure de littérature, Marine Volin, est elle pour le contrôle continu, qui récompenserait la constance sans pour autant renier le bac actuel : "il faudrait que le contrôle continu compte pour un tiers, et l'examen final pour deux tiers", suggère-t-elle. Une piste qui sera examinée lors de la concertation, avec des changements dès la rentrée 2018 pour les secondes. Le nouveau bac entrera en vigueur en 2021.

A Auxerre, les bons élèves sont plutôt pour, les cancres plutôt contre. - Radio France
A Auxerre, les bons élèves sont plutôt pour, les cancres plutôt contre. © Radio France - Louis-Valentin Lopez