Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

A Cambo, on ne jette plus les déchets de la cantine, on les composte

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le restaurant scolaire Jantegi, qui sert environ 1500 repas par jour, vient d'inaugurer le premier pavillon de compostage du Pays basque. Objectif : transformer l'intégralité des restes en compost, et mettre fin au gaspillage alimentaire.

Le pavillon, situé tout près de la cantine, fonctionne depuis la rentrée scolaire
Le pavillon, situé tout près de la cantine, fonctionne depuis la rentrée scolaire © Radio France - Andde Irosbehere

Cambo-les-Bains, France

A Cambo-les-Bains, jeter la nourriture de la cantine, c'est désormais du passé. Le restaurant scolaire Jantegi, qui sert près de 1500 repas par jour aux élèves de différents établissements scolaires de la commune (public, privé et ikastola) s'est doté à la rentrée d'un nouvel outil : un pavillon de compostage, destiné à transformer l'intégralité des restes de nourriture que génère la cantine. 

Dans le pavillon, plusieurs cellules : certaines destinées à la fermentation, d'autres à la maturation du compost - Radio France
Dans le pavillon, plusieurs cellules : certaines destinées à la fermentation, d'autres à la maturation du compost © Radio France - Andde Irosbehere

Un pavillon de compostage, kezako ? Nous avons posé la question à Hervé Etchebarne, le directeur de l'association Jantegi : 

Hervé Etchebarne, le directeur de Jantegi

Réduire le gaspillage alimentaire

Hervé Etchebarne, directeur de Jantegi, à l'initiative du projet - Radio France
Hervé Etchebarne, directeur de Jantegi, à l'initiative du projet © Radio France - Andde Irosbehere

C'est après avoir visité plusieurs chalets de ce type en Dordogne qu'Hervé Etchebarne a eu l'idée d'en créer un à Cambo. Avec l'appui du syndicat Bil Ta Garbi, il a mis en oeuvre toute une action de sensibilisation autour du gaspillage alimentaire auprès des élèves.  

"Depuis la rentrée, on est dans une démarche de tri. On arrive à une moyenne de 60 à 70 litres de déchets quotidiens, soit 36 grammes par enfant, alors que la moyenne nationale est de 170 grammes. Il n'y a pour l'instant que les os et les agrumes que nous ne trions pas, car cela demande plus de temps, et que l'on démarre à peine."  

Le premier pavillon de compostage au Pays basque

Inauguré ce vendredi 6 décembre, ce pavillon de compostage est une première au Pays basque. Certes, des composteurs, il en existe un peu partout au Pays basque, et notamment dans des écoles. Mais de cette dimension, c'est inédit, explique Valérie Mérienne, Maître Composteur du syndicat Bil ta Garbi :   

"C'est le premier pavillon qui est capable de recevoir une telle quantité de biodéchets. En règle général, quand on a des compost, c'est uniquement les déchets de préparation. Mais là on a également les restes de repas, comme la viande, qui sont beaucoup plus difficiles à gérer et que l'on ne met pas dans des composteurs à dimension moindre."  

Valérie Mérienne, du syndicat Bil ta Garbi

Moins de déchets, plus de bio et de local

Les 8 tonnes de biodéchets annuels transformés sur ce pavillon devraient donner 1,5 tonnes de compost, qui sera distribué ensuite aux écoles pour leurs potagers, aux salariés de Jantegi ou bien aux 850 familles adhérentes de la cantine.   

Un cercle vertueux qui va permettre également à Hervé Etchebarne de faire des économies, puisque la nourriture jetée lui coûtait environ 5000 euros chaque année. 

Grâce aux économies que je pourrai faire sur ces déchets, je vais pouvoir faire plus de bio et de local.

La mise en place de cet outil a coûté environ 9 000 euros, financés par l'association Jantegi, le syndicat Bil ta Garbi (qui a formé 3 salariés au compostage) mais aussi les communes du SIVU Artzamendi (Cambo, Itxassou, Louhossoa et Espelette). Un projet qui a également un volet social, puis que le pavillon a été construit par des travailleurs du centre Atherbea.

Le pavillon est situé tout près de la cantine Jantegi - Radio France
Le pavillon est situé tout près de la cantine Jantegi © Radio France - Andde Irosbehere
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu