Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

À diplôme équivalent, l'apprentissage permet de trouver un travail plus vite, et mieux payé

vendredi 24 novembre 2017 à 16:08 Par Marina Cabiten, France Bleu

Les diplômés ayant suivi la voie de l'apprentissage ont plus de facilité à trouver ensuite un travail, et sont mieux payés que les personnes ayant décroché le même diplôme mais par voie générale. C'est ce qu'affirment des études dévoilées vendredi.

L'apprentissage offre de meilleurs opportunités aux jeunes diplômés que la voie générale selon ces études
L'apprentissage offre de meilleurs opportunités aux jeunes diplômés que la voie générale selon ces études © Maxppp -

Un même diplôme, mais deux façons de le décrocher : la voie générale, ou l'apprentissage. Et selon les études présentées par France stratégie (une organisation gouvernementale), c'est l'apprentissage qui ouvre les meilleures portes aux futurs travailleurs, leur permettant de trouver plus facilement un emploi, et en étant mieux payés.

Un déficit d'image injustifié

En 2016, le taux d'emploi était systématiquement plus élevé pour les apprentis, par rapport aux scolaires, sept mois après la sortie de leur formation : que ce soit au niveau CAP, Bac Pro ou BTS (diplômé ou pas). Concernant le salaire, trois ans après la sortie du système éducatif, le salaire des apprentis était plus élevé pour les diplômés du CAP, BEP, BTS, grandes écoles ou Bac et au-delà, selon le Centre d'études et de recherches sur les qualifications (Céreq).

Parallèlement, France stratégie note "une baisse des voeux vers l'apprentissage et l'enseignement professionnel au profit de la voie générale ou technologique" et rappelle le "déficit" d'image de cette voie. Autre chiffre mis en avant : 20% des contrats d'apprentissage ont été abandonnés en 2014, selon le service de statistiques du ministère du Travail.

Un projet de loi en gestation

Le coût moyen annuel d'un apprenti s'est élevé en 2015 à 19.000 euros, dont près de 8.000 pour la rémunération, le reste étant le coût pédagogique (8.000 environ), la prime d'apprentissage ou les cotisations patronales, a calculé le Conseil national de l'emploi, de la formation et de l'orientation professionnelles (Cnefop).

Quatre groupes de travail réunissant partenaires sociaux et régions, entre autres, ont commencé à se concerter le 16 novembre pour plancher sur "le parcours de l'apprenti", "les entreprises et l'apprentissage", "la gouvernance et le financement" et "l'offre de formation et de certification". Ils se réuniront quatre fois d'ici au 18 janvier. La remise du rapport de France Stratégie est prévue pour fin janvier-début février à la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, à la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et au ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer. Ils s'en inspireront pour rédiger le projet de loi qu'ils comptent transmettre au Parlement au printemps, pour une adoption définitive avant la fin de l'été.