Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"À distance, on apprend moins vite et moins bien", selon le représentant de l'Union Lycéenne à Amiens

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Alors que les écoles rouvrent ce lundi 26 avril pour la rentrée après trois semaines de fermeture, les collèges et les lycées restent fermés et les élèves à distance pour une semaine de plus. Une situation stressante explique Auguste Jantzen, le représentant de l'Union Nationale Lycéenne à Amiens.

Auguste Jantzen, le représentant de l'Union Nationale Lycéenne (UNL) à Amiens
Auguste Jantzen, le représentant de l'Union Nationale Lycéenne (UNL) à Amiens © Radio France - Flore Catala

Après trois semaines de fermeture, les écoles rouvrent pour la rentrée 26 avril et accueillent de nouveau en présentiel les enfants en maternelle et en primaire. Au collège et au lycée, les cours reprennent également, mais d'abord à distance pendant une semaine. Les collégiens retourneront en classe à partir du 3 mai, et les lycéens reprendront à partir de la même date en demie-jauge.

Une rentrée qui ne réjouit pas beaucoup les lycéens selon Auguste Jantzen, représentant de l'Union Nationale Lycéenne (UNL) à Amiens, et invité de la matinale de France Bleu Picardie ce lundi matin. "On se sent déterminés parce qu'on a pas vraiment le choix, mais toujours un peu stressés d'être toujours en distanciel" explique le jeune lycéen de 17 ans, en Terminale au lycée de la Hotoie, à Amiens. "On aurait apprécié reprendre normalement, parce que c'est à chaque fois des heures de cours perdues, et des connaissances plus difficiles à assimiler".

"En distanciel, on a beaucoup de distractions" indique Auguste Jantzen. "Ce n'est pas le meilleur cadre pour travailler. Et du coup on a l'impression d'apprendre beaucoup moins vite et beaucoup moins bien que dans des cours normaux"

Les lycéens ont aussi en tête le baccalauréat, avec des épreuves à la fin du mois de juin : un écrit de philosophie, et une épreuve de grand oral. Des échéances qui se rapprochent vite, et que les élèves ont le sentiment de mal préparer à cause de la distance. Selon Auguste Jantzen, à cause des cours à la maison, les élèves ont été "privés de beaucoup de temps de préparation". 

Les projets post-bac sont aussi un facteur de stress pour les lycéens en temps de pandémie. "On se projette prudemment" explique le représentant de l'Union Nationale Lycéenne à Amiens, "on a beaucoup de métiers saisonniers qu'ont fait les précédentes générations pendant leurs vacances d'été qui ne sont plus du tout disponibles pour nous. Du coup financièrement ça risque d'être compliqué pour l'année de cycle supérieur pour les lycéens en Terminale".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess