Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Menace de grève sur le baccalauréat : à Epernay, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer se montre serein

Présent ce jeudi 30 mai à Epernay pour le Congrès national de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a assuré que le baccalauréat se passerait normalement. Malgré la menace d'une grève le 17 juin.

Le ministre est revenu sur l'ensemble de ses réformes depuis deux ans.
Le ministre est revenu sur l'ensemble de ses réformes depuis deux ans. © Radio France - Sophie Constanzer

Épernay, France

"Mon message est évidemment un message de sérénité vis à vis des élèves", a déclaré ce jeudi 30 mai le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, venu dans la Marne à Epernay pour l'ouverture du Congrès national de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP). Un ministre rassurant face à la menace d'une grève le 17 juin prochain, jour de la première épreuve du baccalauréat. 

"Les choses se passeront normalement pour tous les élèves, nous nous organiserons pour qu'elles se passent comme il le faut" - Jean-Michel Blanquer

L'intersyndicale composée du SNES -premier syndicat du second degré- mais aussi de la CGT et de "stylos rouges" a en effet décidé mercredi d'appeler à une grève de la surveillance des épreuves de philosophie le 17 juin, pour protester contre la réforme des lycées et du baccalauréat. Un mouvement de grève qui n'a pas lieu d'être selon le ministre Jean Michel Blanquer, "surpris" : "Ma porte est ouverte sur les différents sujets qui sont abordés, y compris sur la rémunération des professeurs. Je n'ai besoin d'aucune pression pour ouvrir ma porte, elle est déjà ouverte, ce n'est pas nécessaire de passer par un mouvement de grève, a fortiori au moment des examens"

De son coté, le président de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP) estime que cette menace de grève est "inadmissible". "On voudrait faire assumer aux élèves et aux familles des combats qui ne sont pas les leurs !", a expliqué Gérard Pommier. 

Passage en revue de ses réformes depuis deux ans

Jean-Michel Blanquer est surtout venu ce jeudi 30 mai à Epernay, devant des représentants de la PEEP visiblement acquis à cause, défendre les réformes menées depuis deux ans dans le domaine de l'éducation nationale. Le projet de loi pour une école de la confiance, la réforme du lycée professionnel, la réforme du baccalauréat... "J'appelle les parents d'élèves à porter un discours positif, notamment auprès des parents d'élèves handicapés car car notre projet d'école inclusive est un des plus grands progrès pour la scolarisation des élèves handicapés", a souligné dans son discours le ministre de l'Education nationale. 

Le congrès de la PEEP se poursuit à Epernay dans la Marne, jusqu'à samedi.