Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Grenoble, les "Stylos Rouges" rendent hommage à Christine Renon

-
Par , France Bleu Isère

Un rassemblement était organisé mercredi après-midi devant le rectorat de Grenoble en hommage à Christine Renon. Cette directrice d'école s'était donné la mort le 21 septembre sur son lieu de travail. Dans son dernier courrier, elle dénonçait ses conditions de travail.

Le dernier courrier de Christine Renon a été lu devant une cinquantaine de personnes.
Le dernier courrier de Christine Renon a été lu devant une cinquantaine de personnes. © Radio France - Adrien Simorre

L’émotion est palpable ce mercredi après-midi devant le rectorat de Grenoble. Malgré la pluie fine, ils sont une cinquantaine de personnes à s’être déplacées pour rendre hommage à Christine Renon. Directeurs et directrices d’écoles, enseignants et personnel éducatif : tous sont venus exprimer leur émotion mais aussi leur colère après cette disparition.

Christine Renon était directrice d'une école maternelle à Pantin, en Seine-Saint-Denis. Le 21 septembre, cette femme de 58 ans se donne la mort sur son lieu de travail. Dans la foulée, la diffusion de sa lettre d'adieu sur les réseaux sociaux provoque une vive émotion. L'enseignante y dénonce ses conditions de travail et met en cause sa hiérarchie. 

« Quand on a lu la lettre, on lisait notre quotidien »

Devant le rectorat grenoblois, ce dernier courrier est lu dans un silence solennel. Les participants observent ensuite une minute de silence sous les fenêtres de l’institution. « Hommage à Christine Renon », peut-on lire sur des affiches à fond noir, aux côtés de quelques drapeaux de syndicats. 

"C'est dur de dire ça mais tous les directeurs que je connais et moi-même, quand on a lu la lettre, on lisait notre quotidien », explique Stéphane, directeur d’école primaire à Grenoble. En cause, le temps croissant occupé par les tâches administratives au détriment du travail pédagogique. « Le gouvernement a parlé d'un allègement des tâches de direction, mais moi je ne les vois pas », poursuit Stéphane avec amertume.

Pour certains, le cri d’alarme de Christine Renon concerne l’ensemble du corps enseignant. « Notre collègue s’est donnée la mort à cause de réformes successives qui ont dégradé nos conditions de travail », estime Laurent, remplaçant en école primaire dans l’Académie de Grenoble. On se reconnaît bien dans cet amoncellement de tâches qui a perdu tout son sens pédagogique »

Une minute de silence a été observée en hommage à Christine Renon.
Une minute de silence a été observée en hommage à Christine Renon. © Radio France - Adrien Simorre

Une journée de grève nationale prévue le jeudi 3 octobre

L’hommage était organisé par la page Facebook des « Stylos Rouges » de l’académie de Grenoble. Ce collectif a vu le jour à l’échelle nationale dans le sillage des « Gilets Jaunes » mais aussi du mouvement #pasdevagues. Composé de professeurs des écoles, de collège et de lycée, le groupe défend une amélioration des conditions de travail et de vie des enseignants. 

« Notre leitmotiv depuis le départ, c’est les salaires, les moyens et le respect. Aujourd’hui, on est vraiment dans le respect car on réalise que si notre collègue s’est suicidée, c’est parce que dans notre travail quotidien, on n’est pas assez considéré, pas assez respecté », estime Pascal Chiritian, l'administrateur de la page Facebook des « Stylos Rouges » de l'académie de Grenoble.

Le collectif anticipe la journée de grève nationale prévue demain, jeudi 3 octobre, à l’initiative de plusieurs syndicats. À Grenoble, un nouveau rassemblement est prévu devant le rectorat à partir de 17 heures. « L’hommage des « Stylos Rouges » a été proposé avant l’annonce de la grève nationale. Mais il n’y a pas de guéguerre, nous appelons tous ceux qui seront disponibles à participer au rassemblement de demain », assure Pascal Chiritian.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess