Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

A Heuringhem, près de Saint-Omer, la cantine scolaire passe au tout bio

mardi 11 septembre 2018 à 3:05 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

Le bio à la cantine de l’école, ce n‘est pas que pour les grandes villes qui ont des moyens financiers. En milieu rural, certains proposent aussi des repas plus sains pour les enfants. Ainsi à Heuringhem, la cantine scolaire vient de passer au tout bio.

Une cinquantaine d'enfants mangent désormais tous les jours à la cantine de l'école d'Heuringhem... depuis qu'elle est bio
Une cinquantaine d'enfants mangent désormais tous les jours à la cantine de l'école d'Heuringhem... depuis qu'elle est bio © Radio France - Matthieu Darriet

Heuringhem, France

Ce n’est pas du 100 %, car le boulanger du village, que la commune d'Heuringhem tient à faire travailler, ne confectionne pas de pain bio, mais c’est au moins local. 

A la tête de 1.400 habitants et d’une école de 5 classes, le maire Jean-Paul Lefait est venu progressivement au bio, avec d’abord un repas par mois, il y a deux ans, puis un tous les quinze jours : "notre prestataire nous a dit que c'était possible. Les familles nous félicitent d'être passés au bio."

On peut le faire seulement quarante centimes de plus par repas, soit 3,40 euros. 

Les repas sont livrés tous les jours par le prestataire qui accepté ce défi. Ensuite, ils sont réchauffés par Sandrine Penin qui s’efforce d’expliquer aux enfants ces changements : "les enfants sont un peu hésitants ;  que ce soit bio leur fait un peu peur, comme ci ce n'était pas un vrai repas. On leur explique que c'est meilleur et qu'il n'y pas de produits sur les légumes. "

C'est toujours compliqué avec les raviolis aux épinards et ça marche avec les frites.

Dans son école de 5 classes, la petite commune d'Heuringhem est parvenue à instaurer le bio à la cantine, quotidiennement, pour seulement quarante centimes de plus par repas.  - Radio France
Dans son école de 5 classes, la petite commune d'Heuringhem est parvenue à instaurer le bio à la cantine, quotidiennement, pour seulement quarante centimes de plus par repas. © Radio France - Matthieu Darriet

Les parents apprécient la démarche de la commune, car en moyenne une cinquantaine d’enfants mangent à la cantine, contre 35 l’année dernière. Des enfants qui sont un peu moins enthousiastes, même si beaucoup ont remarqué que les tomates ont plus de goût. 

Heuringhem a pris un temps d’avance, car l’objectif fixé récemment par les députés, est d’offrir 50% de repas locaux dans toutes les écoles d’ici 4 ans, avec au moins 20% de bio. L’échéance est lointaine et mesurée car il faut aussi que les surfaces agricoles converties en bio augmentent. 

  - Radio France
© Radio France - Eric Turpin