Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

A l'école d'Archigny, pas de fermeture de classe malgré la baisse du nombre d'élèves à la rentrée prochaine

-
Par , France Bleu Poitou

Dans la Vienne, l'école d'Archigny va pouvoir conserver ses cinq classes à la rentrée prochaine, et ce, malgré la baisse des inscriptions d'élèves pour septembre. Une décision de l'académie en lien avec la convention ruralité signée il y a trois ans entre Education Nationale et élus locaux.

L'une des cinq classes préservées de l'école d'Archigny
L'une des cinq classes préservées de l'école d'Archigny © Radio France - Isabelle Rivière

Archigny, France

A Archigny, le nombre d'élèves va baisser à la rentrée prochaine, pour autant,  il n'y aura pas de fermeture de classe. Dans cette commune rurale située à mi-chemin entre Poitiers et Châtellerault, le rectorat a décidé de maintenir le nombre d'enseignants malgré la baisse des effectifs d'élèves en septembre prochain. 107 élèves aujourd'hui, 102 à la rentrée.

"Pour une question d'équilibre et de maillage territorial !", souligne Armel de la Bourdonnaye, le recteur d'académie de Poitiers.

Il faut dire que dans la Vienne, l'Education Nationale a signé une "convention ruralité" il y a trois ans avec les élus. L'idée, c'est de négocier les fermetures de classes sans trop de pertes pour les territoires ruraux, privilégier les regroupements pédagogiques et les mutualisations plutôt que les fermetures sèches d'écoles. 

Une convention qui tient compte des investissements

Cette convention tient compte de l'envie des élus locaux de défendre tel ou tel établissement en fonction du maillage territorial. Elle tient compte également des projets et des investissements locaux : à Archigny par exemple, la mairie a décidé d'investir 750.000 euros HT (soit près d'un million financé avec l'aide d'autres collectivités) pour refaire la cantine, une salle de motricité, des accès et toilettes handicapés aux divers bâtiments. 

"Montrer qu'on dispose d'une école de qualité dans la commune, ça peut aider d'éventuels nouveaux habitants à s'installer chez nous. L'école, c'est le cœur d'une commune", explique Jacky Roy, le premier édile. 

Dans cette ville d'environ 1 100 habitants, l'école est devenu un enjeu d'aménagement du territoire, une zone à couvrir entre Poitiers et Châtellerault. 

Onze écoles concernés par un maintien

Dans la Vienne, en plus d'Archigny, dix écoles bénéficient cette année d'un soutien dans le cadre de la "convention ruralité" : le regroupement pédagogique inter communal (RPI) Leugny-Saint Rémy, le RPI Cherves-Cuhon-Vouzailles, le RPI Angles sur l'Anglin-St Pierre de Maillé, le Pole territorial de St Savin-St Germain, le RPI Benassay-Lavausseau, le RPI-Cloué-Celle l'evescault, le RPI Mauprévoir-Pressac, l'Ecole primaire de Payré, le RPI St macoux-St Saviol-St Pierred'Exideuil et l'Ecole primaire de St Sauvant