Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le président de l'Université de Bourgogne promet du "sur-mesure" pour les étudiants en difficulté

-
Par , France Bleu Bourgogne

Trois mois qu'ils n'ont plus vu la couleur de leur campus : l'immense majorité des étudiants à la fac de Bourgogne passe ses examens à distance en ce début janvier, en attendant un hypothétique retour à la normale. La direction, elle, tente de ramener les décrocheurs en présentiel.

Vincent Thomas le président de l'université de Bourgogne prêt à accueillir des groupes d'étudiants en difficulté en présentiel
Vincent Thomas le président de l'université de Bourgogne prêt à accueillir des groupes d'étudiants en difficulté en présentiel - Vincent Thomas / UB

Les partiels, oui, mais en distanciel : ainsi va la vie de la plupart des étudiants de la fac de Bourgogne, sur le campus dijonnais et partout dans la région. Le premier semestre s'achève sur un goût de frustration pour ces jeunes confinés, qui commencent à trouver le temps long. "On travaille tous pour régler les problèmes soulevés" promet le président de l'université Vincent Thomas, "notre préoccupation constante c'est de renouer avec le présentiel, mais dans des conditions sanitaires qui n'exposent pas les étudiants et les personnels."

Des étudiants de retour par petits groupe dès la semaine prochaine

D'ores et déjà, tous les étudiants qui suivent des enseignements pratiques ont été autorisés par le rectorat à rester en présentiel. Ils vont bientôt être rejoints par d'autres jeunes, identifiés comme plus fragiles, confirme Vincent  Thomas. "Nous sommes en train d'autoriser le retour de groupes d'étudiants, dans certaines formations, des étudiants aux profils les plus fragiles. Cela peut être des étudiants en situation de fracture numérique, en situation de handicap, ceux qui se sentent isolés. Bref, il n'y a pas de définition fixe de l'étudiant en fragilité, c'est aux équipes pédagogiques d'apprécier quels sont les jeunes en difficulté."

Globalement, priorité est laissée aux étudiants en première année, qui n'ont pas eu le temps à la rentrée de septembre de prendre des repères, de nouer des contacts suffisamment forts avec leurs camarades pour se sentir pleinement soutenus pendant le confinement. Pour eux, le président de la fac promet du "sur-mesure". "Chaque équipe va identifier ces étudiants, prendre contact avec eux, je ne vous cache pas que c'est beaucoup plus facile avec des promotions de 25 étudiants qu'avec des amphis de 450 étudiants. Néanmoins, les collègues font le maximum pour prendre contact avec leurs étudiants, en vue de constituer ces groupes de dix."

La problématique qui se profile, c'est le décrochage face à une situation inédite pour ces jeunes. Mais avant de pouvoir évaluer l'ampleur des dégâts, il faut laisser passer les partiels : "le problème du décrochage, c'est qu'il est sournois, il n'apparaît pas comme ça, les étudiants  ne se déclarent pas en décrochage. On va le comptabiliser, l'évaluer à l'aune de la participation, de l'absentéisme  et des résultats aux examens." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess