Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation
Dossier : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

A Montbéliard, la réforme du bac a du mal à passer

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Journée "lycées morts" jeudi dans les trois établissements du Pays de Montbéliard. Les enseignants s'opposent à la réforme du baccalauréat dont ils dénoncent la précipitation, la logique économique et l'inégalité territoriale qu'elle induit. Assemblées générales et manifs jeudi.

Mobilisation lycéenne entre les deux anciens lycées qui forment le nouvel établissement Germaine Tillon à Montbéliard
Mobilisation lycéenne entre les deux anciens lycées qui forment le nouvel établissement Germaine Tillon à Montbéliard © Radio France - Christophe Beck

Montbéliard, France

"En marche funèbre vers le baccalauréat 2021" affichent les tracts que distribuent les enseignants du lycée Germaine Tillon à Montbéliard. Ils profitent de la journée d'action lycéenne ce mardi pour mobiliser les élèves sur la journée "lycées morts" jeudi dans les trois établissements d'enseignement général de l'agglomération

Avec des parents et des lycéens, ils réclament au minimum un gel de la réforme du baccalauréat, le temps de lancer une véritable concertation. Car le nouveau lycée est annoncé en classe de première dès la rentrée prochaine  

La réforme du bac prévoit de supprimer les filières S, L et ES pour les remplacer par un parcours à la carte, avec des matières majeures, les incontournables que sont les maths, la physique, le français, les langues et des matières mineures que le lycéen pourra construire semestre après semestre, à l’image du calendrier universitaire. L’autre évolution, c’est l’introduction d’un contrôle continu pour 40 % de la note, avec une épreuve finale en juin sur quatre épreuves seulement. Ainsi que l'introduction d'un grand oral de 20 minutes. 

Quels sont les griefs que les enseignants font peser sur cette réforme ? Le premier de ces griefs, c’est l’inégalité territoriale. "Il y a des options ne seront pas proposées dans certains établissements", explique Bertrand Niguet, professeur de mathématique. "Par exemple, Champagnole, n'offrira pas, aux dernières nouvelles, la SVT. Morteau ne proposera pas la SES. Par cette réforme, l'inégalité territoriale est en train de s'aggraver." 

Les deux autres griefs sont le manque de concertation et la logique d'économies. "On aurait voulu être associé à cette réforme qui a été écrite dans la précipitation. Une réforme qu'on nous a annoncé en même temps qu'on a égrainé les projets de suppressions de postes" affirme Jeannine Chabot Boichat, enseignante en physique, élue SNES FSU. 

Qu’en pensent les intéressés : les lycéens ? La grande majorité des élèves de secondes ne s'est pas encore plongé dans le contenu de cette réforme. Pour les informés, l’argument territorial a fait mouche. "D'un établissement à l'autre, le bac n'aura pas la même valeur", déclare Benjamin, élève de première au lycée Germaine Tillon de Montbéliard.  

D’autres saluent le contrôle continu et le choix des majeurs et mineures, comme Hassan, élève de seconde à Montbéliard. "Je pense qu'il y a des points positifs. Déjà, c'est plus diversifié parce qu'on pourra choisir notre spécialité. Et puis, on devra travailler davantage tout au long de l'année. Et le parcours sera plus en phase avec notre profil". 

Journée "lycées morts" ce jeudi dans le Pays de Montbéliard. 

Le lycée Cuvier à Montbéliard.  - Radio France
Le lycée Cuvier à Montbéliard. © Radio France - Christophe Beck
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu