Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

À Poilly-sur-Serein, tous contre la fermeture de la classe unique

lundi 5 février 2018 à 19:23 Par Delphine Martin et Isabelle Rose, France Bleu Auxerre

A Poilly Sur Serein, petite commune de 300 habitants dans l’Yonne, on craint la fermeture de la seule classe du village.Pour les élus et les habitants, ce serait une catastrophe.

Tout le village est mobilisé pour sauver la classe unique.
Tout le village est mobilisé pour sauver la classe unique. © Radio France - Isabelle Rose

Poilly-sur-Serein, France

Un comité technique spécial départemental se réunit mardi 6 février pour décider des ouvertures et fermetures de classe à la rentrée. On évoque une trentaine de fermetures pour seulement dix ouvertures. Dans les communes concernées, parents et enseignants se mobilisent. C’est le cas par exemple à Foissy-sur-Vanne, Champvallon, Vermenton, Dannemoine, Charbuy, Bonnard, Bassou ou encore Chichery.

A Poilly-Sur-Serein, dans le Chablisien, on est inquiet pour l’avenir de la classe unique du village. Les parents ont tendu de grands draps sur les grilles de l'école, où l’on peut lire « non à la fermeture de notre école » et « sauvons les deux emplois communaux ».

"On a des maisons à vendre. L'école, c'est un des éléments attractifs" - Joel Rintjema, le maire

17 enfants fréquentent cette classe unique cette année. Les parents refusent la fermeture. "Notre école fonctionne avec une garderie, une cantine. On est à 15 ou 20 kilomètres de tout. Donc si l’école ferme, nos enfants devront prendre le bus avec deux heures de trajet chaque jour. Des petits qui rentrent à plus de 18 heures chez eux le soir", explique Fanny Mignon, la porte-parole des parents d’élèves. "Pour notre village, l'école est hyper importante. On a une vie très active, avec beaucoup d’associations", ajoute Gaëlle Deryck, déléguée des parents d'élèves, qui craint que la fermeture de l’école ne casse cette dynamique positive.

L'école : un élément attractif pour les jeunes couples

Autre conséquence : les deux personnes embauchées par la commune pour s'occuper du périscolaire se retrouveraient sans emploi. Pour le maire Joel Rintjema, fermer l'école va mettre en péril la vie du village : "tout ça, c’est préjudiciable. Nous, on a des maisons à vendre. On espérait avoir des jeunes couples. Une école, c’est un élément attractif et c’est vrai qu’on est un peu désemparé", ajoute l’élu.

"Pour notre village, c'est hyper important" - Gaelle Déryck déléguée des parents d'élèves

Au-delà des parents, c’est toute la commune qui veut défendre son école, à l’image de Danielle Picornelle, présidente de l'association « Les Galoupiaux » : "Il y a  énormément de bénévoles qui aident les enfants en difficulté, ils peuvent avoir un soutien après l‘école. C’est vraiment un plus."

60 personnes devant l'inspection d'académie

Daniel Girard, qui a repris la seule épicerie de Poilly, juste en face de l'école, est lui aussi très inquiet. Il travaille beaucoup avec les parents et la fermeture de l'école aura des conséquences sur son activité. Tout le village est donc mobilisé. Une délégation d'au moins 60 personnes sera ce mardi matin devant les locaux de l’inspection académique à Auxerre. Pour défendre la classe unique de Poilly-Sur-Serein.

Tout le village de Poilly est mobilisé - le reportage d'Isabelle Rose