Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

A Quetigny, le bilan du projet Naotisme très positif à mi parcours

vendredi 29 mars 2019 à 4:51 Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne

Depuis 2017, le petit robot Nao est utilisé dans une classe maternelle spécialisée de Quetigny pour aider les enfants âgés de 3 à 5 ans, souffrant de troubles à spectre autistique à mieux communiquer. A mi parcours, le bilan est positif, le petit robot permet aux élèves une meilleure concentration.

L'école maternelle de La Fontaine aux Jardins accueille sept élèves dans l'Unité Enseignement en Maternelle Autisme.
L'école maternelle de La Fontaine aux Jardins accueille sept élèves dans l'Unité Enseignement en Maternelle Autisme. © Radio France - Stephanie Perenon

Quetigny, France

C'est une expérimentation unique en France et même en Europe sur la tranche d'âges, 3 à 5 ans, qui est expérimentée à Quetigny, à l'école de la Fontaine aux Jardins. Depuis 2017, le petit robot Nao est utilisé dans  l'Unité Enseignement en Maternelle Autisme (UEMA) de cette école. Une unité qui compte sept élèves. Le projet est mené par l'Éducation Nationale, l'ARS et  l'association ACODéGE pour aider les enfants souffrant de troubles du spectre de l'autisme (TSA), à mieux communiquer. 

Nao le petit robot qui intervient dans l'UEMA de l'école La Fontaine aux jardins à Quetigny - Aucun(e)
Nao le petit robot qui intervient dans l'UEMA de l'école La Fontaine aux jardins à Quetigny - DR

Une attention des élèves accrue avec Nao

Nao a un effet positif sur le comportement des élèves, car depuis son arrivée _"le petit robot a su capter l'attention sur lui"_explique Pauline Audry, enseignante spécialisée de la classe. Nao intervient deux à trois fois par semaine, pour le rituel du matin. C'est le temps d'accueil où les enfants sont rassemblés : le petit robot  vient pour dire bonjour, il donne la date et parfois l'heure mais il sait aussi chanter et pour l'enseignante les progrès sont visibles. 

Pauline Audry, enseignante spécialisée de la classe.

Alors comment fait-il pour réussir cela ? Et bien son secret "c'est sa neutralité" explique Fleur Stawinski, l'éducatrice spécialisée présente depuis le début du projet. "Nous sommes, en tant qu'humains, remplis  d'émotions et et de mimiques sur nos visages, qui perturbent beaucoup les élèves que nous accueillons ici. Le fait que ce robot soit inexpressif permet aux enfants d'être moins perturbés par ce qu'on va leur demander."

Fleur Stawinski, l'éducatrice spécialisée qui intervient depuis le début du projet avec Nao à l'école de la Fontaine aux jardins.

C'est dans cette classe qu'intervient Nao, à l'école La Fontaine aux Jardins à Quetigny. - Radio France
C'est dans cette classe qu'intervient Nao, à l'école La Fontaine aux Jardins à Quetigny. © Radio France - Stéphanie Perenon

Un projet bientôt étendu dans l'Yonne

L'autre enseignement à mi parcours, pour Pascal Bourgoin, responsable du projet "Naotisme" auprès du Rectorat à Dijon et présent sur toutes les interventions de Nao, c'est que le petit robot favorise les apprentissages. "Nao propose des apprentissages autour de formes, de couleurs et d'objets particuliers que l'enfant devra trier. Ce dernier doit comprendre la consigne et doit montrer à Nao et s'il ne le fait pas, Nao va le reprendre et lui demander de la regarder et de le refaire. C'est un travail long, qui se fait sur plusieurs semaines mais pour lequel on voit déjà des résultats."

Pascal Bourgoin, responsable du projet "Naotisme" auprès du Rectorat à Dijon

L'expérience filmée doit servir à la recherche

Une expérience qui est intégralement filmée depuis le début, pour être soumise plus tard à de de la recherche et pouvoir en faire profiter ailleurs. "L'expérience va être étendue dans l'Yonne à la rentrée prochaine et dans une classe ordinaire pour pouvoir comparer les résultats" confirme Pascal Bourgoin. Le projet est porteur de grands espoirs pour les familles des enfants porteurs de TSA. Seul bémol, le problème économique concède le responsable du projet au Rectorat, car Nao coûte entre 5.000 et 7.000 euros en fonction de ses applications. Alors un soutien national et une reconnaissance pourraient aider reconnait Pascal Bourgoin, qui aimerait bien présenter ce projet au ministre de l'Éducation nationale.

Reportage à l'école de la Fontaine aux jardins à Quetigny au sein de l'UEMA

Et ce samedi 30 mars 2019, plusieurs animations vous attendent Place François Rude à Dijon, pour la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. Vous pourrez rencontrer l'équipe de l'Hôpital de Jour pédopsychiatrique et de la Plateforme Ressources Handicap des PEP CBFC dans le "Village Autisme".