Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : à Saint-Geniès-des-Mourgues, le maire prépare sereinement la rentrée pour le 11 mai

-
Par , France Bleu Hérault

On en sait maintenant un peu plus sur les conditions dans lesquelles va s'effectuer la rentrée dans les écoles à partir du 11 mai prochain. Si beaucoup de maires ont exprimé leurs réticences, le maire de Saint-Geniès-des-Mourgues (Hérault), Yvon Pellet, n'a aucun soucis avec la date.

En attendant le 11 mai, les salles de classe restent vides
En attendant le 11 mai, les salles de classe restent vides © Maxppp - Jean-Marc Quinet

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, a été auditionné ce mardi matin par la commission des affaires culturelles et de l'éducation de l'Assemblée nationale. Et il propose que la rentrée scolaire s'organise selon le rythme suivant : une rentrée à partir du 11 mai dans les classes de grande section, CP et CM2 (ainsi que les CE1 et CM1 qui sont en Rep +), puis en 6e, 3e, 1re, terminale et classes industrielles la semaine suivante, le 18 mai.  Et enfin une rentrée pour tout le monde le 25.

Mais il assortit ces propositions d'une condition : pas plus de 15 élèves par classe quel que soit le niveau, ce qui peut poser problème en terme logistique. Cette rentrée, on le sait, est loin de faire l'unanimité parmi les enseignants, mais aussi parmi beaucoup de maires qui considèrent que les conditions sanitaires risquent de ne pas être remplies le 11 mai. 

Mais d'autres en revanche, sont prêts à jouer le jeu, et à adapter l'accueil des enfants en fonction des règles définies par le ministre. Dans l'Hérault, c'est le cas du maire de Saint-Geniès-des-Mourgues, près de Lunel, une commune de presque 2.000 habitants.

Yvon Pellet estime que le confinement a duré trop longtemps. Et avec l'accord des enseignants de l'école communale, il est prêt à diviser les classes par deux : "Moi, cela ne me fait pas plus peur que cela, parce qu'il faudra bien qu'on recommence un jour" explique-t-il.

"À Saint-Geniès, j'ai cinq classes en primaire et trois en maternelle. Si il n'y a que deux classes qui rentrent le 11 mai, et avec l'accord de l'Éducation nationale, on divisera les classes par deux. Il n'y a aucun problème !"

Et en perspective d'une rentrée plus généralisée dans les jours qui suivront, le maire ne se fait pas davantage de mouron :"Prenons les problèmes au jour le jour. On voit bien que les choses évoluent tous les jours. Aujourd'hui, les gens sont à bout de ce confinement. Alors moi, je préfère positiver..."

Yvon Pellet, maire de Saint-Géniès-des-Mourgues

Choix de la station

À venir dansDanssecondess