Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Strasbourg : depuis sept ans, une institutrice propose des petits-déjeuners à ses élèves

-
Par , , France Bleu Alsace

En ce 4 novembre, plusieurs nouveautés arrivent à l'école. Les enfants ont droit désormais à un repas végétarien par semaine. Dans les écoles REP et certaines zones rurales, le petit-déjeuner gratuit se déploie progressivement.

Cartable dans une école primaire (photo d'illustration)
Cartable dans une école primaire (photo d'illustration) © Maxppp -

C'est l'une des mesures emblématiques du plan de lutte contre la pauvreté du gouvernement : un petit-déjeuner gratuit à l'école. La mesure se déploie progressivement à partir du lundi 4 novembre dans les écoles REP (Réseau d'éducation prioritaire) et dans certaines zones rurales. À terme, elle devrait toucher 100.000 enfants au niveau national, et 4.200 en Alsace (1.000 dans le Bas-Rhin, 3.200 dans le Haut-Rhin). 

À Strasbourg, cela fait déjà sept ans que l'institutrice Céline Haller a mis en place ces petits-déjeuners dans sa classe de CM2, à l'école Rosa Parks, classée REP+ et située dans le quartier de Hautepierre. "J'étais en leçon de sciences, et nous parlions d'alimentation. Un enfant m'a dit 'Tu sais maîtresse, je n'ai pas pris mon petit-déjeuner ce matin'. J'ai demandé à la classe 'Qui n'a pas pris son petit-déjeuner ?' Seuls cinq enfants sur 19 en avaient pris un, explique l'enseignante. Je ne me doutais pas que c'était à ce point-là. J'accueillais mes élèves à 8h30, et je ne me posais pas du tout la question de savoir pourquoi ils étaient fatigués, pourquoi ils n'étaient pas motivés."

On a décidé de prendre le petit-déjeuner ensemble.

Céline Haller a financé les petits-déjeuners en trouvant elle-même des sponsors et en demandant deux euros par mois aux parents. Aujourd'hui, deux fois par semaine, les enfants déterminent un budget et composent des menus qu'ils cuisinent ensuite eux-mêmes. Avec l'application du plan pauvreté, ces petits-déjeuners sont désormais financés par l'Éducation nationale et entièrement gratuits pour les familles. 

Autre nouveauté de ce 4 novembre : dans tous les établissements scolaires, les enfants ont droit à un repas végétarien par semaine. Conséquence de la "loi Alimentation", l’expérience sera menée pendant deux ans. Objectif : faire évoluer les pratiques alimentaires et évaluer le gaspillage alimentaire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess