Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

A Terrasson, Bergerac et Périgueux : ces lycées qui manquent de professeurs

mercredi 27 septembre 2017 à 19:09 Par France Bleu Périgord, France Bleu Périgord

Quatre semaines après la rentrée, certains lycées de Dordogne manquent toujours de professeurs. C'est le cas à Terrasson, Bergerac ou encore Périgueux. Les proviseurs doivent parfois chercher d'eux-mêmes les enseignants manquants.

Au lycée de Terrasson il manque toujours un professeur de mathématiques.
Au lycée de Terrasson il manque toujours un professeur de mathématiques. © Maxppp - Maxppp

Quatre semaines après la rentrée, il manque toujours un professeur de maths et un professeur de sciences-économiques au lycée de Terrasson. Saint-Exupéry n'est pas le seul établissement de Dordogne à souffrir de cette pénurie. Maine-de-Biran à Bergerac ou Michel-de-Montaigne à Périgueux attendent encore un ou plusieurs enseignants. Le rectorat a déjà distribué tous ses remplaçants et dans certains cas les proviseurs cherchent eux-mêmes des candidats.

Une pénurie de profs de 10% à la rentrée

A Saint-Exupéry il manquait quatre professeurs à la rentrée. Le proviseur a un trouvé un volontaire en arts plastiques et mercredi un vacataire en physique est arrivé de Strasbourg. Les profs de mathématiques, eux, ont fini par accepter de se répartir les élèves mais à contrecœur. Dans cet établissement d'une quarantaine d'enseignants, la rentrée s'est faite avec 10% de pénurie. Une situation dénoncée par Jean-Pierre Brignon, syndiqué au SNES-FSU. "Quelqu'un qui a bac+3 en maths peut devenir prof dans un lycée. Un ingénieur s'est présenté pour faire un remplacement mais il a reconnu qu'il n'était pas capable d'être devant une classe. Le rectorat lui est prêt à mettre n'importe qui devant des élèves sans formation adéquate," déplore le syndicaliste.