Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

A Tours, la CFDT se mobilise autour de l'association Courteline

mardi 3 juillet 2018 à 17:36 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine

La CFDT de l'association Courteline accuse la société parisienne Telligo (TPES) de ne pas vouloir reprendre les salariés qui jusqu'ici travaillaient dans l'accueil périscolaire et extrascolaire du quartier Mirabeau/Velpeau, comme le lui imposerait l'appel d'offres de la mairie de Tours.

Fin avril c'est la société parisienne Telligo (TPES) qui avait remporté le marché Mirabeau/Velpeau
Fin avril c'est la société parisienne Telligo (TPES) qui avait remporté le marché Mirabeau/Velpeau © Maxppp - Maxppp

Tours, France

La CFDT se mobilise autour de l'association Courteline à Tours. Une association qui fait travailler 256 animateurs dans le secteur de l'éducation et des loisirs et qui depuis plusieurs semaines est placée dans une situation très délicate. Avec le retour à la semaine de 4 jours dans les écoles de la ville dès septembre prochain, elle va devoir licencier entre 27 et 122 salariés. Et elle pourrait même en licencier 50 de plus, avec le marché public de l'accueil périscolaire et extrascolaire dans le quartier Mirabeau/Velpeau qui lui a échappé au profit d'une société parisienne Telligo (TPES). 

En effet, si l'on en croit la CFDT, cette société ne respecterait pas les conditions de l'appel d'offres qui l'obligerait à reprendre tous les salariés de Courteline. "Ces salariés vont être licenciés car il n'y aura pas de poste pour eux !" s'insurge Angélique Ouvrard, la secrétaire de la section syndicale CFDT de Courteline. "En plus Telligo fait des candidatures externes via son site internet et Pôle Emploi". 

De son côté la société parisienne assure avoir du mal à recruter

Le président de Telligo (TPES) n'a pas du tout la même version. Cédric Javault se dit tout à fait prêt à reprendre 40 personnes, le problème dit-il c'est le volume horaire proposé, qui est en baisse avec la fin des TAP et qui a donc du mal à intéresser. "On reçoit tous les gens qui postulent même si je peux pas vous dire qu'on les embauchera tous. On a déjà reçu une demi douzaine de personnes. Mais on a pas les coordonnées de tout le monde, les fiches de postes ont été diffusées à la direction de Courteline qui s'est engagée à les répercuter sur son personnel". 

Une pétition en ligne depuis le week-end dernier

La CFDT a fait circuler une pétition en ligne depuis le week-end dernier, le syndicat fait aussi le tour des écoles du quartier depuis ce mardi matin, cette pétition devrait être ensuite remise à la mairie. Un conseil d'administration se tient ce mercredi soir à l'association Courteline, ce CA pourrait décider à cette occasion d'engager une action en justice contre la société Telligo.

De son côté l'adjointe au maire de Tours en charge de l'éducation considère que ce n'est pas à elle de s'immiscer dans les relations entre ces deux opérateurs, "étant donné que le marché a été respecté et que les règles des marchés publics ont été respectés". L'opposition municipale a publié plusieurs communiqués pour demander à la mairie de Tours d'intervenir sur ce dossier, le groupe Tours à gauche demande notamment au maire de "faire appliquer les règles de son marché public.